Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les scanners en panne : Sur les quatre que compte Douala, un seul est opérationnel. Désarroi chez les patients - 07/11/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette situation désastreuse a été observée, la semaine dernière. Emmanuel Lissouck, retraité de 78 ans, victime d’une hémiplégie dans son village de Mom est évacué à Douala où travaille son fils. Admis à la polyclinique d’Akwa, il reçoit les premiers soins d’urgence, en attendant les résultats du scanner que lui prescrit son médecin traitant. Face à la gravité du mal, l’urgence commande que le scanner cérébral ordonné par la polyclinique se fasse dans les meilleurs délais. Le médecin craint un dysfonctionnement des nerfs cérébraux ayant occasionné la paralysie partielle verticale du côté droit que présente le septuagénaire. Deux jours après l’admission dans le centre hospitalier d’Akwa, les nouvelles ne sont pas bonnes.

Le scanner de l’hôpital Laquintinie dont dépend du reste la polyclinique d’Akwa est en panne, dit-on aux proches du patient. Un coup de fil à l’hôpital général de Douala permet de savoir que de ce côté également, le scanner ne fonctionne pas depuis quelques semaines. Dans la foulée, un centre privé situé à Bonapriso est sollicité. Rien. Finalement, c’est dans une importante clinique de Bonanjo que la famille Lissouck trouve un scanner en bon état de fonctionnement. Selon les responsables de cette clinique, l’utilisation et l’entretien d’un scanner supposent un déploiement de grands moyens matériels au coût élevé. « C’est un appareil qui doit être protégé des chutes de tension dues aux coupures de courant », confie un médecin. C’est pour cela que ce scanner appelé Gantry, doté d’un lit coulissant et d’un coffre à haute tension avec transformateur jouxte un panel de contrôle qui accueille les informations. La température dans la salle ne doit pas dépasser les 26°C tandis que l’humidité n’atteint pas les 60%.

Benjamin LISSOM LISSOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !