Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Sida : En finir avec les résistances aux ARV - 29/11/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

C’est l’une des préoccupations majeures des chercheurs réunis hier au CIRCB à l’occasion d’un débat radio-télévisé sur l’état de la recherche. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’on ne se tourne pas les pouces dans la recherche sur le Sida au Cameroun. Le Centre international de référence Chantal Biya, pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/Sida (CIRCB), une des institutions de référence dans le domaine, a organisé une sorte de débat de restitution hier à son siège à Yaoundé, sur le thème : « L’état de la recherche sur le Sida au Cameroun et en Afrique ». Des panélistes tirés sur le volet, sont venus parler des aspects aussi divers que le respect des règles éthiques en matière de recherche et d’essais clinique – où on appelle l’implication des milieux associatifs pour la prise en compte de ce volet, notamment –, la prise en charge pédiatrique, avec les difficultés de diagnostic des enfants de très bas âge. Selon le Dr Marcel Monny Lobé, administrateur du CIRCB ce programme, fait suite à ce qui a été commencé en 2000 avec la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME).

Mais le volet qui a mobilisé la plupart des participants à ce débat est bien celui lié à la résistance aux anti-rétroviraux. Pour le Dr Etoa de la direction de la lutte contre la maladie, cette surveillance constitue un volet de la surveillance épidémiologique. On apprend que 41.538 personnes sont aujourd’hui sous ARV, et qu’il s’agit d’un bond en avant, après leur gratuité. Au CIRCB, les tests de résistance préoccupent, et le Dr Marcel Monny Lobé, annonce que d’ici janvier, mi-février, cette question sera techniquement résolue.

Le Dr Charles Kouanfack qui a effectué des recherches sur les résistances des patients de l’hôpital central de Yaoundé pense pour sa part que les résistances primaires demeurent un problème de santé publique. Il faudrait renforcer l’éducation thérapeutique, suggère-t-on ici. « L’éducation thérapeutique est un vaste programme en effet, explique le Dr Charles Kouanfack. Quand quelqu’un se sent bien, il ne voit plus la nécessité de prendre des médicaments. Quand il y a simplement un décalage de 2h, dans la prise des ARV, un problème d’efficacité se pose et dès lors, les résistances continuent ». Le débat, radio-télévisé d’hier, rentrait dans le cadre des activités de la semaine nationale de lutte contre le sida.

Alain TCHAKOUNTE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !