Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Palu : les petits pas de la bithérapie. Les nouvelles combinaisons subventionnées à base d’artémisinine ne sont pas encore disponibles - 25/04/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Comme chaque année, le Cameroun va commémorer ce 25 avril la Journée africaine du paludisme. Ce matin, une grande marche est prévue du boulevard du 20 mai, au Centre médical d’arrondissement de Mvog-Ada. L’on se souvient que la prise en charge thérapeutique des malades du paludisme a connu il y a peu, de nouvelles prescriptions de la part de l’OMS. La monothérapie est désormais proscrite pour passer à une combinaison de l’artémisinine à d’autres antipaludiques. Les résistances développées sont à la base de ces développements.

Le vice-président du Programme national de lutte contre le paludisme, le Pr. Albert Samè Ekobo, reconnaît que le Cameroun fait encore face à un problème d’accessibilité géographique et d’accessibilité financière. Si la disponibilité des combinaisons ne pose pas de problème, on pense qu’il est opportun qu’un ménage situé à Kolofata ait accès au traitement. Et pour cela, il faudra que la Centrale nationale d’approvisionnement en médicaments et consommables essentiels (Cename) et le Système national de distribution des médicaments essentiels (Syname) jouent leur rôle. Au préalable, les produits pharmaceutiques concernés doivent d’abord figurer au registre de médicaments essentiels pour être distribués à travers ce circuit. On peut donc comprendre pourquoi le nouveau traitement n’est pas encore dans les habitudes de tous les Camerounais. En ce qui concerne l’accessibilité financière, la double subvention gouvernement/OMS à travers le Global Fund, devrait permettre une baisse du traitement. Les patients pourront ainsi avoir droit aux médicaments à concurrence d’un à deux dollars (moins de 1500 FCFA) lorsqu’on sait qu’actuellement, le paludisme représente encore 40% de dépenses de santé pour un ménage au Cameroun.

Qu’à cela ne tienne, l’artémisinine est déjà dans les habitudes de prise en charge thérapeutique. Ses dérivés Artesumate commercialisés sous forme d’Arsumax ou plasmotrim, l’artémether commercialisé sous forme de palutter sont très actifs. Au Programme national de lutte contre le paludisme, on cherche cependant à mettre les principales combinaisons à la disposition des populations. Selon les exigences de l’OMS, le Cameroun a ainsi retenu trois combinaisons. L’association Artésunate + Amodiaquine (Camoquin, flavoquine). La deuxième combinaison regroupe l’Artémether + Luméfantrine(Coartem) et enfin, la troisième combinaison regroupe l’Artésunate + Méfloquine (commercialisée sous forme d’Artequin). Selon les experts, lorsque l’artémisinine est correctement utilisée, son efficacité avoisine les 95 %. Dans un pays où l’on enregistre un million de malades déclarés, ce médicament ne peut que susciter beaucoup d’espoir. Seulement, son introduction dans la prise en charge des patients ne va pas sans poser des problèmes de prescription aux médecins. C’est pour cela que le Programme national de lutte contre le paludisme organise des formations décentralisées à travers les 10 provinces pour disséminer l’information sur les conclusions choisies par le Cameroun. Un groupe d’experts camerounais a donc déjà formé les médecins à la prescription de la première combinaison (Artésunate + Amodiaquine). Cette formation est sur le point de s’étendre à la deuxième combinaison (Artémether + Luméfantrine).

Armand ESSOGO

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !