Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Lauriers : des distinctions pour le personnel de l’hôpital central - 03/01/2008 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette institution hospitalière doit par ailleurs se séparer de 31 de ses médico-sanitaires. C’est une tradition à laquelle ont sacrifié les responsables de cette formation hospitalière située en plein cœur du quartier de la Santé à Yaoundé. Primer les meilleurs agents et les services qui se seront distingués au cours de l’année qui s’achève. Une fête qui a été marquée la semaine dernière par la présentation de trois nouveaux agrégés de médecine qui font, selon Magloire Biwolé Sida, le directeur de l’Hôpital central "la fierté de l’institution". C’est ainsi que les professeurs Jean Marie Bob Oyono (pédiatre), Pierre Masso Misse (chirurgien viscéral) et Alfred Njamnchi (neurologue) ont été présentés au public.

Il a également été question pour l’Hôpital central de Yaoundé au cours de cette cérémonie de s’ouvrir au partenariat pour la recherche de solutions aux difficultés des malades vivant avec le VIH-Sida. Ce qui explique la signature, au cours de la cérémonie de vendredi, 28 décembre dernier, d’une convention de financement entre la plus ancienne institution hospitalière de la capitale avec une compagnie de téléphonie mobile qui financera à hauteur de 5 millions de Fcfa, les bilans médicaux de 2500 patients touchés par la pandémie. "Une véritable bouffée d’oxygène" selon Magloire Biwolé Sida. Dans la mesure où, ces patients éprouvent des difficultés à débourser les 3 000 francs qui leur sont exigés pour cette opération.

Dégraissage

Au-delà des difficultés rencontrées par les patients pour faire face à leurs soins médicaux, il y a celles propres de l’Hôpital et dont les plus importantes sont liées à l’insuffisance du personnel. Cette formation hospitalière est appelée, selon son directeur, à se séparer de 31 personnels médico-sanitaires. Un dégraissage des effectifs dû à "la situation actuelle [qui] ne permet plus de procéder au recrutement de vacataires en raison des charges salariales élevées". Un problème qui a semblé trouver un début de solution dans la réponse de la tutelle. Alim Hayatou, le secrétaire d’Etat à la Santé publique qui présidait la cérémonie de la fête annuelle a annoncé le recrutement, dans le cadre du budget 2008, de personnels médico-sanitaires, dont certains seront affectés ici.

Pour autant, les responsables de l’Hôpital central voient en l’année 2008, celle des grandes réalisations, avec notamment le redéploiement du plateau technique (estimé en en dégradation par certains), surtout dans le domaine de l’imagerie médicale avec l’acquisition de nouveaux appareils pour la réalisation des échographies. Au total, ce sont une trentaine d’agents issus de tous les services qui se sont vus récompenser, la direction de cette formation sanitaire ayant préféré cette option, au lieu de la prime du meilleur agent de l’ensemble de l’hôpital. La compétition est restée au niveau des différents services, et c’est ici que "l’Hôpital de Jour" a pris le dessus sur les autres en se hissant sur la première marche du podium.

Le côté festif de la manifestation n’a pas éloigné les participants des préoccupations scientifiques. Ce qui explique le cours magistral donné sur la prise en charge et le traitement des brûlés graves par un membre du personnel. Il ressort de son exposé que les brûlés graves représentent à ce jour 8% des admissions en urgence à l’Hôpital central de Yaoundé. D’où les nombreux conseils sur la prise en charge de ces cas dès l’accident aux différents soins à appliquer qui ont été prodigué. Une façon subtile de joindre l’utile à l’agréable.

Jean Francis Belibi

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !