Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Des chiffres alarmants : 10.000 enfants pourraient mourir chaque année de malnutrition au Cameroun si rien n’était fait - 15/01/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Selon le rapport de l’enquête démographique et de santé réalisée en 2004, au Cameroun environ un enfant sur sept meurt avant d’atteindre l’âge de cinq ans. Le taux de mortalité infantile est de 142 pour 1000 naissances vivantes et 669 femmes sur 100.000 meurent en donnant la vie. Le taux d’accouchement par un personnel assisté est de 58%. Selon cette même étude, toutes les deux heures, une femme meurt dans notre pays en donnant la vie. Cette situation préoccupante est la cause directe des ravages dus à la malnutrition. C’est aussi cette maladie qui est la principale cause de mortalité des enfants de moins de cinq ans. Selon le Dr. Georges Okala, sous-directeur de l’Alimentation et de la Nutrition au ministère de la Santé publique, « toutes les femmes en âge de procréer (entre 15 et 49 ans) sont concernées par la malnutrition. Que ce soit en milieu urbain ou en milieu rural »

Au Cameroun, la carence en vitamine A, nécessaire au fonctionnement normal du système immunitaire et renforçant la capacité de l’organisme de résister aux maladies d’enfance, affecte 40% des enfants de moins de cinq ans et contribue pour 29% à la mortalité infanto-juvénile. Les nourrissons non allaités, et les enfants âgés de 6 à 59 mois souffrent de façon plus grave des effets d’une carence en vitamine A (CVA). Actuellement, on estime que le traitement de la CVA peut réduire le nombre de décès chez les enfants d’environ 23%. Faute d’intervention, « cette carence entraînera les décès d’environ 110.600 enfants chaque année dans notre pays », explique le Dr. Martina Bayé, directeur de la Santé familiale au Minsanté.

Les indicateurs de santé au Cameroun restent donc anormalement bas. Le taux de couverture vaccinale reste inférieur à 90%. La supplémentation en vitamine A est faible chez les enfants de 12 à 59 mois, l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide est de l’ordre de 11,4% chez les femmes enceintes.

Yvette Marcelle EDZOA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !