Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Drépanocytose : un centre de dépistage créé - 21/01/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette unité qui sera basée à l’hôpital de la CNPS à Yaoundé permettra un diagnostic précoce de la maladie. Actuellement au Cameroun, la situation des drépanocytaires n’est guère reluisante. Selon les spécialistes, les analyses pour le dépistage de la maladie chez l’enfant ne se fait qu’autour d’un an. Le temps pour cette maladie du sang, de s’installer durablement. Le diagnostic est obtenu tard, le plus souvent au stade des complications. Et cela nécessite d’importants moyens financiers. On dénombre chaque année 4.000 décès liés à cette maladie héréditaire génétique caractérisée par l’altération de l’hémoglobine. Avec la création du centre de dépistage néonatal et de prise en charge de la drépanocytose à l’hôpital de la Caisse, le diagnostic précoce pourra être une réalité. De même qu’on notera une certaine réduction de la mortalité liée à la drépanocytose. Sans compter quelques mieux dans la prise en charge des malades, qui vont de la réduction du nombre de crises et de transfusion sanguine, du nombre d’hospitalisations et de frais médicaux…

C’est dire que l’horizon s’annonce sous de meilleures auspices pour les deux millions de malades recensés au Cameroun et leurs familles, avec l’ouverture prochaine du premier centre de dépistage néonatal et de prise en charge de la drépanocytose au Cameroun, le deuxième en Afrique subsaharienne. Comme l’a reconnu vendredi dernier au Centre hospitalier d’Essos qui va abriter l’unité, le directeur général adjoint de la CNPS, Lisette Ngatchou : « Le projet participe du renforcement de l’assistance aux familles et aux assurés sociaux et à la population camerounaise en général ».

Pour Lydie Ze Meka, coordonnatrice du centre, et présidente de l’Organisation internationale de lutte contre la drépanocytose (OILD), plusieurs étapes restent à franchir, avant l’ouverture officielle, « dans quatre ou six mois environ ». Le contact des parrains scientifiques a déjà eu lieu, apprend-on. Et les Pr. François Beaufils de l’hôpital Robert Debré de Paris et Rahimy Mohamed Cherif du Centre de recherche, de formation et de prise en charge des nourrissons et femmes enceintes atteints de drépanocytose de Cotonou, auraient donné leur avis favorable. Reste la commande des équipements techniques et le début des travaux de rénovation du centre, la formation des techniciens de laboratoire, la commande du mobilier, une réunion de synthèse… Le centre est placé sous l’autorité du directeur général de la CNPS Louis Paul Motaze. Le Pr. Guillaume Wamba, aux côtés de Lydie Ze Meka la coordonnatrice, en sera le responsable scientifique.

Alain TCHAKOUNTE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !