Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Tuberculose : où se soigner - 21/02/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En dehors de la polyclinique d’Akwa, il existe d’autres centres pour le dépistage et le traitement. Un communiqué conjoint de la délégation provinciale de la Santé publique et de la Communauté urbaine de Douala a été lu sur les ondes et dans les églises publiques, il y a quelques jours. Cette annonce invite les populations de la ville et de la province du Littoral à se faire dépister contre la tuberculose. Cette campagne de sensibilisation lancée depuis peu est gratuite et si le test s’avère positif, le traitement est gratuit, précise le Dr. Fon Fonong Elizabeth.

Le chef de l’unité provinciale du Programme national de lutte contre la tuberculose explique qu’il n’y a pas de recrudescence de la maladie. Seulement, plus de la moitié des malades, 60%, ne se fait dépister et traiter qu’à la polyclinique d’Akwa. Ce qui fait que le personnel est submergé et les malades inégalement répartis. Pourtant, dit-elle, il existe dans le Littoral, une trentaine de centres de dépistage et de traitement de la tuberculose, dont près de 20 centres de santé dans la ville de Douala. Il s’agit de tous les hôpitaux de district et quelques autres centres de santé. En ce qui concerne la Sanaga maritime, le Nkam et le Moungo, il y en a une douzaine. « Nous voulons surtout réveiller les consciences des malades et des populations.

Il faut qu’ils sachent qu’en dehors de la polyclinique d’Akwa qui est un vieux centre expérimenté en la matière, bien d’autres, tout aussi performants, existent », relève le Dr. Fon. Selon elle, bien des malades abandonnent le traitement à cause non seulement de l’éloignement de la polyclinique d’Akwa par rapport à leur domicile, mais aussi du manque d’argent de taxi. « Le taux d’abandon du traitement est de 15% dans le Littoral et cela constitue un réservoir de transmission », explique le Dr Bekot Samuel, cadre d’appui à l’unité provinciale de lutte contre la tuberculose (Cauplt). Selon les deux médecins, 6770 malades de tuberculose ont été dépistés dans le Littoral en 2006. L’année suivante, près de 5807 malades sont testés positifs. 80% de ces malades habitent la ville de Douala.

J.M

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !