Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le sang manque toujours à laquintinie : Nonobstant les mesures prises, la pénurie perdure dans nos centres hospitaliers - 13/03/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

«Sauvez une vie humaine en donnant un peu de votre sang », peut-on lire, ce matin, sur l’une des affiches placardées au Centre de Transfusion Sanguin (CTS) de l’hôpital Laquinitine. Véritable pourvoyeur en hémoglobine dudit hôpital et des autres formations sanitaires de la ville de Douala et du pays. « La banque de sang de l’hôpital Laquitinine a besoin d’environ 111 poches de sang par jour couvrir ses besoins sanguins et ceux des autres demandeurs. Un quota qui n’est pas toujours atteint. Nous sommes ainsi constamment en rupture de stock », déclare Dr Mbangue, chef service au Cts.

Pourtant il existe des mesures pour résorber la permanente pénurie de sang à l’hôpital Laquitinine. « Notre banque de sang est régulièrement approvisionnée par les associations de donneurs bénévoles de l’hôpital tous les deux samedis du mois et des collectes régulières du Lions Club et du Rotary Club. Ce n’est pas toujours suffisant. La pénurie persiste à cause de la forte demande en sang », explique André Ngon à Bidias, major au Cts. Mise en œuvre, une politique d’encouragement des bénévoles consiste à donner des poches de sang gratuitement à leurs proches, une prise en charge de soins allant de 50 à 75 %.

Quant aux potentiels acheteurs, pour bénéficier d’une poche de sang testée et sécurisée, ils doivent fournir deux donneurs et 14 000 fcfa soit 1/3 de 35 000 fcfa pour un sachet d’hémoglobine, examens compris. Le sang des donneurs ainsi récolté passe sous plusieurs tests notamment aux hépatites B et C, syphilis, vih-sida et du groupe sanguin. Ces tests sont obligatoires sur le territoire national. Le sang contaminé aux infections virales est détruit.

« Face aux accidents de route, aux évacuations de toutes sortes et autres tragédies naturelles, le stock de sang de l’hôpital Laquitinine se vide et n’est pas remplacé. Le gouvernement prévoit de mettre en place un centre national de transfusion avec une politique nationale de recrutement et de fidélisation des donneurs de sang.

Eric O. LEMBEMBE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !