Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

L’ophtalmologie soigne sa vue - 01/04/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les spécialistes de la vue sont réunis depuis hier pour une meilleure sensibilisation des malades. Une trentaine d’experts et d’agents sanitaires intervenant dans le domaine de l’ophtalmologie débattent depuis hier au Hilton hôtel de Yaoundé. C’est dans le cadre du 14e congrès organisé par la Société Camerounaise d’Ophtalmologie (SCO) sur le thème « pathologies neuro ophtalmologiques ». « Il s’agit de toutes ces maladies du système nerveux qui ont des répercussions oculaires. On peut citer les tumeurs, les infections, les accidents vasculaires ou encore les traumatismes. Ce sont des maladies très compliquées », explique le Dr Blaise Noa Noatina, président de la SCO. La rencontre est donc l’occasion de revenir sur ces pathologies à grand renfort d’exposés, conférences, expositions et autres communications.

Si le congrès est l’occasion pour bon nombre de spécialistes d’exposer leurs travaux scientifiques, c’est également le lieu de discuter des problèmes qui affectent la profession d’ophtalmologue au Cameroun. « Notre approvisionnement en consommables et médicaments reste très difficile. Nous avons besoin de matériels spécifiques qui ne sont pas toujours disponibles localement. En commander prend beaucoup de temps et d’argent », affirme le Dr Noa. Il faut également signaler que le niveau primaire des soins de santé ophtalmologique dans les villages et zones retirés est très faible. « Ce qui fait que les malades se rendent uniquement dans les grands hôpitaux. Dans les centres universitaires, les plateaux techniques ne sont pas à la hauteur », déclare le président de la SCO.

Le Cameroun souffre, en effet, d’une inadéquation entre l’offre des soins et la demande. Manque de spécialistes, insuffisance des infrastructures ou encore absence de sensibilisation des patients aux possibilités thérapeutiques. Toutes choses qui favorisent le développement et l’expansion des affections touchant à la vue. Et ce, en dépit du travail du Programme national de lutte contre la cécité créé en 2002. En attendant, la SCO, dont les travaux s’achèvent ce mardi, continue sa sensibilisation.

Josiane R. MATIA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !