Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les précisions du Dr Emmanuel Nomo : « La propreté et le vaccin protègent de la polio » - 09/04/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les précisions du Dr Emmanuel Nomo, secrétaire permanent de Programme élargi de vaccination. Comment contracte-t-on la poliomyélite? La poliomyélite est une maladie du péril fécal. C’est-à-dire que c’est une maladie de la saleté, puisque le virus vit dans le tube digestif et lorsque l’individu porteur excrète ce virus, qui n’est pas bien contenu dans les toilettes, il peut se propager et atteindre un autre individu qui n’est pas porteur. Et lorsque cet individu n’a pas assez de protection, la maladie se manifeste donc. On dit aussi d’elle qu’elle est une maladie de la pauvreté.

Comment peut-on s’en prémunir ?

Pour se protéger contre la polio, il y a bien sûr le rôle très important de l’hygiène et de l’assainissement qui est incontournable. La polio n’est pas aussi prépondérante dans les pays développés que dans les pays sous-développés. On peut dire que c’est cette différence de propreté qui crée le fossé. Il y a donc d’abord la propreté, mais il existe aussi un vaccin qui permet de se protéger contre cette maladie. Etant donné que nous sommes en pays sous-développé, quels que soient les efforts que nous allons faire, nous serons toujours dans les limites de la propreté ou de la saleté. Toutefois, ce vaccin est hautement efficace et actuellement disponible dans toutes les formations sanitaires. Il s’administre gratuitement aux enfants âgés de moins d’un an. Il y a aussi des opportunités pour les enfants ayant dépassé cet âge sans avoir achevé leur série de vaccination.

Une seule dose de ce vaccin suffit-elle pour être protéger ?

Il faut le rappeler, une seule dose de vaccin ne suffit pas. Dans le calendrier vaccinal en vigueur au Cameroun et recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé, chaque enfant de moins d’un an doit recevoir, dans les activités de routine, quatre fois deux gouttes de vaccin. De temps en temps, le ministère de la Santé organise des campagnes de vaccination, car il est très important que tous les enfants qui sont en âge d’être atteints par la polio (moins de 5 ans) soient toujours vaccinés, quel que soit leur statut vaccinal. Même si un enfant a déjà été vacciné quatre, cinq six fois, il est important de recevoir une dose supplémentaire chaque fois que l’opportunité se présente, parce que les études ont montré que pour qu’un enfant soit totalement à l’abri dans notre contexte, il doit avoir reçu au moins dix doses.

Un adulte peut-il contracter la polio ?

C’est possible, mais c’est extrêmement rare. Le polio virus frappe surtout les enfants de moins de cinq ans et dans une certaine mesure, les enfants de moins de quatorze ans. Mais très rarement, il peut atteindre les adultes. Cela a été le cas en Angola où le polio virus a atteints des adultes dans la capitale. Le gouvernement a dû organiser une campagne de vaccination pour tout le monde.

Y a-t-il des probabilités que la polio soit totalement éradiquée ?

Il y a des chances pour que la poliomyélite soit éradiquée en Afrique, vu les résultats assez encourageants qui ont été obtenus dans la zone afro de l’OMS à laquelle nous appartenons. On remarque que dans l’ensemble, il y a quand même un net recul du nombre de cas de polio virus sauvage d’années en années. C’est ça qui permet de garder espoir. Mais seulement, le fait que ce virus continue à circuler fait qu’on est encore à risque. Pour le Cameroun par exemple, tant que le Nigeria voisin demeure endémique, que des cas continuent d’être déclarés au Tchad, il y aura toujours un risque. Notre seule arme demeure alors le renforcement de la protection individuelle et collective des populations pour essayer de limiter au maximum les importations virales. Tous les cas de polio que nous avons connus après 2000 ayant été importés. Etant donné que notre couverture vaccinale n’est qu’à 82%, de temps en temps, ce virus peut trouver des terrains fragiles et frapper comme récemment à Douala.

Propos recueillis par Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !