Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les vertus cachées du gnetum - 15/06/2006 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le gnetum africanum et le gnetum bucholzianum ont une grande importance pour de nombreuses communautés forestières et on leur donne différents noms vernaculaires et commerciaux.

Par exemple, dans la République Centrafricaine, au Gabon, au Congo, dans la République Démocratique du Congo et en Angola, les deux espèces sont localement appelées koko. Dans la partie anglophone du Cameroun, le nom local est eru alors que dans la partie francophone l'appellation est okok. Enfin, au Nigeria, la tribu des Igbo leur donne le nom de ukasi, et celle des Efiki/Ibibio leur donne celui d'afang.

Au Nigeria, on utilise les feuilles de gnetum comme traitement contre la dilatation de la rate, le mal de gorge ou comme cathartique. A Oubangui en République démocratique du Congo, on s'en sert comme remède contre la nausée et on le considère comme antidote contre certains types de poison. Au Congo Brazzaville, les feuilles des deux espèces de gnetum servent de pansement contre les verrues et les furoncles et les boutures sont à la base de tisanes soulageant les douleurs liées à l'accouchement. Notons également que le gnetum africanum est utilisé comme plante médicinale au Mozambique.

Cependant, c'est surtout pour sa valeur nutritive que le gnetum est particulièrement prisé. Les feuilles peuvent être consommées crues ou bien, finement hachées et ajoutées dans les soupes et les ragoûts. Les feuilles des deux espèces ont une grande valeur nutritive. A ce propos, une enquête menée par le Centre pour la recherche forestière internationale (Cifor), a démontré qu'un kilogramme de gnetum contient 60 grammes de protéines, 13 grammes de lipides, 216 grammes de glucides, 130 milligrammes de calcium et près de 6 grammes de fer. Selon Charles Mveng, nutritionniste, certains de ces nutriments aident l'organisme à ce défendre contre de potentiels attaques, à construire les cellules, ainsi que les os les dents, comme le calcium par exemple.

C.Y.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !