Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le diabète : pour que l’information passe - 29/10/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des professionnels de la communication formés depuis lundi à Paris pour devenir des relais dans leurs différents pays. Ils sont au nombre de neuf. Et tous, des journalistes africains. Venus du Sénégal, de la Guinée Conakry, du Congo, de Madagascar, du Niger, du Mali, de l’Algérie et du Cameroun, ils suivent une formation depuis lundi dernier, à Paris, la capitale française. Le but de « Johnson and Johnson Diabetes Institute » organisateur de ladite rencontre est d’outiller les journalistes par rapport à la maladie afin qu’ils deviennent des médiateurs auprès des populations.

« En invitant les journalistes, on veut amplifier l’effort d’informer. Parce qu’un professionnel de la santé est solitaire dans son environnement physique et le gouvernement ne peut pas faire des efforts à lui tout seul. Avec la presse, on peut essayer de faire comprendre aux gens l’importance de cette maladie dans le monde », explique Herwig Fleerackers, directeur Europe, Moyen-Orient et Afrique de Johnson and Johnson Diabetes Institute. Pour lui, un journaliste est un médiateur de l’information. Son rôle est d’amener les populations à être plus sensibilisées sur la maladie. « Il manque un fil entre les malades et les soignants. Ce que j’essaie de faire au mieux est de former les journalistes pour qu’ils soient à mesure de transmettre l’information de la façon la plus efficace pour le public », ajoute un formateur.

Selon les experts, toutes les 10 secondes, une personne décède à travers le monde des suites du diabète. Chaque 30 secondes, une personne est amputée. Toujours selon eux, l’Afrique paie le plus lourd tribut. Pire, dans moins de 20 ans, plus de 350 millions de personnes seront atteints de diabète, dont plus de la moitié dans des pays en voie de développement vivront avec cette maladie.

Pour les journalistes, les attentes sont nombreuses. Pour Baye Oumar Gueye, participant sénégalais, il faut africaniser le combat contre le diabète et mieux outiller les Africains contre cette maladie. Sanda Saadi du Niger, quant à elle trouve que pour lutter contre le diabète, les séances de sensibilisation sont importantes pour mieux véhiculer l’information sur les dangers de la maladie.

Lundi dernier, la première journée a donc été essentiellement basée sur un cours présenté par le Dr Sylvie Sargueil, journaliste scientifique et médicale. Après une sorte de conférence de rédaction, des articles ont été choisis et distribués à chaque participant. Il a été question de proposer des sujets qui peuvent aider tout le monde. A l’exemple des thèmes comme : le diabète : une maladie sournoise, le diabète et ses tabous, comment vivre avec le diabète, un jour avec un diabétique, les enfants et le diabète, etc.

Marthe BASSOMO BIKOE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !