Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le Sida : la touche du CIRCB - 27/11/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des journées portes ouvertes en prélude à la célébration du 1er décembre sont organisées depuis hier au Centre international de référence Chantal Biya. Entretiens/causeries sur les services offerts aux jeunes, dépistage volontaire, anonyme et gratuit, entretiens sur les avantages de le PTME, conférences-débats… On a mis le paquet cette année au Centre international de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/Sida, à l’occasion des journées portes ouvertes, sous le haut parrainage de Mme Chantal Biya première dame du Cameroun. L’événement intervient au lendemain de la nomination de l’épouse du chef de l’Etat comme ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO. Et rentre dans le cadre des activités de la semaine nationale en prélude à la journée mondiale de lutte contre le Sida.

Au Cameroun, le taux de séroprévalence est de 5,5%. La maladie touche plus les jeunes de 15 à 24 ans et les femmes. En 2007, on a recensé 543 294 personnes vivant avec le VIH, dont plus de 44.000 enfants, 46.000 décès, 305.000 orphelins. On note aussi 11.000 nouvelles infections pédiatriques, avec un taux moyen de transmission de la mère à l’enfant de 19%. Suffisant pour que le CIRCB, s’investisse à fond, pour apporter une réponse clinique aux ravages du VIH.

Depuis sa naissance en février 2006, le Centre mène des activités de recherche le cadre de la prévention contre le Sida. Et de fil en aiguille, il a été identifié comme laboratoire national de référence. Grâce à ses études diverses, à la réalisation de tests, au renforcement de son plateau technique, à l’intensification de la formation des biologistes, ou encore la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME). Le Centre a gagné en crédibilité. Avec l’appui de ses partenaires, tels que la Fondation mondiale de recherche et prévention du VIH/Sida du Pr. Luc Montagnier, vice-président du comité de gestion du CIRCB, et prix Nobel 2008, l’institut supérieur de Santé de Rome et l’université Tor Vergata en Italie, Synergies africaines…

Au niveau local, on compte le Minresi, le Minedub et le Minsanté, entre autres. « L’action salutaire de Mme Chantal Biya à travers le CIRCB, un des rares centres de recherche en Afrique, avec une technologie de pointe, ne peut qu’emporter l’appui du gouvernement du Cameroun (…), qui participe au rayonnement du Centre, par la mise à disposition d’un personnel qualifié, une assistance technique et des moyens financiers pour l’accomplissement de ses missions », a souligné André Mama Fouda hier à l’ouverture. Les journées portes ouvertes auront pour point d’orgue une conférence débat demain sur la question de la recherche-action.

Alain TCHAKOUNTE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !