Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Recherche : un vaccin contre le paludisme en chantier - 14/01/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Rts, s/As est la plus avancée des études actuellement en cours dans le monde; il protègerait les enfants et les nourrissons. En attendant l'approbation des autorités régulatrices nationales et des comités d'éthique, l'étude clinique d'efficacité de phase III du candidat vaccin Rts,s/As, est en bonne voie et pourra démarrer au début de l'année 2009. L'essai de phase III est la dernière étape qui précède la mise sur le marché d'un vaccin ou d'une molécule thérapeutique. Des résultats publiés le 8 décembre 2008 sur le site Internet du New England Journal of Medecine, montrent que le candidat-vaccin antipaludique le plus avancé au monde sur le plan clinique, Rts,s/As, confère aux nourrissons et aux jeunes enfants une protection significative contre le paludisme. L'étude a pour objectif de confirmer et d'évaluer avec précision l'efficacité du vaccin, y compris sa durée tout en continuant à surveiller son innocuité.

La recherche commencée en 2001 après la signature d'un accord de partenariat entre Glaxosmithkline (Gsk) et Path Malaria vaccine initiative (Mvi) pour la poursuite du développement clinique pédiatrique du Rts,s/As en Afrique a donné des bons résultats. Ces recherches sur le Rts,s/As sont connues des autorités de la Santé camerounaise "Il y'a trois semaines nous avons reçu un document détaillé sur l'évolution des différentes phases de ce candidat vaccin, parce que le Rts,s/Sa n'est pas encore un vaccin. Nous avons enregistré ces informations en attendant la validation de ce candidat-vaccin, il est clair que ce sera une avancée majeure dans la lutte contre le paludisme dans le monde en générale et au Cameroun en particulier", explique un collaborateur du Délégué régional de la Santé publique dans le Littoral.

Les essais cliniques de phases II ont confirmé les résultats des études antérieures qui montrent la bonne tolérance du candidat vaccin Rts,s/As. L'équipe qui a mené cet essai chez 894 enfants âgés de 5 à 17 mois du Kenya et de la Tanzanie se composait de chercheurs du programme de Recherche Collaborative Kemri-Wellcomme (Kilifi-Kenya), de l'Institut national pour la recherche médicale (Tanzanie), du programme conjoint de lutte antipaludique (Korogwe, Tanzanie) et d'autres institutions, en collaboration avec Gsk et la Mvi. L'essai a montré que Rts,s/As01 réduisait le risque des épisodes cliniques de paludisme de 53%, sur une période moyenne de huit mois.

Tolérance

Des études antérieures réalisées chez les enfants de 1 à 4 ans au Mozambique et utilisant Rts,s formulé avec un autre système d'adjuvant de Gsk (As02), ont démontré un taux d'efficacité de 35 % contre les épisodes cliniques sur une période de 18 mois.
Les chercheurs ont alors conclu que les résultats de cette étude soutenaient l'utilisation du Rts,s/As01 pour les essais de phase III à venir. Pour Christian Loucq, directeur de Path Malaria Vaccine Initiative (Mvi), "ces résultats révèlent indéniablement que nos investissements, dans le domaine du développement de vaccins antipaludiques, commencent à porter leurs fruits. Nous sommes plus près que jamais de l'aboutissement du développement d'un vaccin antipaludique destinés aux enfants en Afrique".

Le vaccin anti-paludisme peut être administré conjointement aux vaccins pédiatriques qui font partie du Programme élargi de vaccination (Pev) de l'Oms. Il possède une meilleure tolérance et montre de façon consistante un niveau significatif d'efficacité. " Nous pouvons d'ores et déjà anticiper l'amélioration que cette avancée scientifique décisive pourrait représenter dans la vie de millions d'enfants africains, qui souffrent et meurent de cette maladie, année après année ", a déclaré Joe Cohen, co-inventeur du vaccin et vice-président du groupe de Recherche et développement, sur les maladies émergentes et sur le Vih (Research et développement, Emerging Diseases & Hiv) chez GSK Biologicals.

Pour le Dr Pierre Sopngwi, directeur général de la Compagnie camerounaise pharmaceutique " les résultats du candidat vaccin, Rts,s/As sont très prometteurs. Sa validation permettrait d'avoir une meilleure prévention de la maladie, car il ne faut pas oublier que le paludisme est la première cause de mortalité infantile en Afrique. Ce nouveau vaccin permettrait aussi, d'améliorer le taux de morbidité infantile et pour les familles, d'avoir un gain économique. Toutes fois ces retombées ne seront possibles que si le Rts, s/As est validé comme vaccin".

Pour Comprendre

La longue route

Pour arriver à la phase candidat-vaccin, le Rts,s/As est passé par beaucoup de phase expérimentales, qui ont contribuées à renforcer les espoirs des chercheurs. Le Rts,s/Sa été inventé, développé et fabriqué dans les laboratoires de Gsk Biologicals, en Belgique, à la fin des années 1980 et a été testé initialement chez les volontaires américains, dans le cadre d'une collaboration de l'institut de recherche avec Walter Reed de l'armée américaine.

L'étude réalisé en Tanzanie sur 340 nourrissons âgés de moins de 12 mois a montré que Rts,s/As 02 administré à 8, 12 et 16 semaines, conjointement aux vaccins pédiatriques existants, n'interfère pas avec les réponses immunitaires des différentes composants du vaccin co-administré contenant des antigènes contre la diphtérie (D), le tétanos (T), la coqueluche (Pw) et l'infection à Haemophilis influenzae de type B (Hib).

Dans les pays africains où le vaccin antipaludique serait le plus utile, le programme actuel de vaccination des nourrissons appelé le Programme élargi de vaccination (Pev) de l'Oms, fournirait une plate-forme optimale d'administration. Le financement pour le développement de ce candidat vaccin a été rendu possible grâce `s une subvention de 107,6 millions de dollars de la Fondation Bill and Mélinda Gates à Path Malaria vaccine Initiative (Mvi). Gsk a investi environ 300 millions de dollars et projette de faire une rallonge de 100 millions de dollars jusqu'à l'achèvement du projet.

Marion Obam

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !