Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Charlotte Brulet : C'est une technique de prévention - 28/01/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La gynécologue obstétricienne parle des risques de l'amniocentèse qu'elle pratique depuis 8ans. Pourquoi pratiquer une amniocentèse ?

C'est d'abord à titre préventif. Cette technologie médicale permet d'éviter aux parents le doute de ne pas pouvoir faire des enfants normaux, d'éviter aux parents de subir toute une vie des difficultés financières, morales et d'être régulièrement déstabilisés parce qu'ils ont un enfant trisomique ou drépanocytaire. Ce n'était pas facile quand nous avons commencé cette expérience à Douala en octobre 2006, mais aujourd'hui nous sommes contents des résultats obtenus même si par rapport à la taille de la population sont encore insuffisants.

Quels risques fait courir la pratique une amniocentèse ?

La réalisation de l'amniocentèse, même conduite dans des conditions de compétence et sécurité maximales, comporte un risque de fausse couche de 0,5 à 1%. Ce risque de fausse couche est maximum dans les 8 à 10 jours suivant l'amniocentèse. C'est pour cela qu'il faut éviter de faire de gros travaux et il est recommandé de se reposer. La fausse couche suite à l'amniocentèse peut se manifester par des douleurs, des saignements ou un écoulement de liquide. La survenue de l'un de ces signes doit amener la patiente à consulter rapidement un médecin. Il faut également noter que certains risques peuvent être favorisés par l'état de la patiente, ses antécédents médicaux ou des traitements pris avant l'opération. C'est pour cela qu'il est impératif d'informer le médecin traitant des antécédents personnels et familiaux de santé et des traitements médicaux en cours. Heureusement depuis que nous avons mis en place le Diagnostic anténatal à Douala, nous n'avons pas encore eu une seule fausse couche.

Propos recueillis par M.O

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !