Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Industrie pharmaceutique : La proposition qui vient d’Espagne - 30/01/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des opérateurs de ce pays ont rencontré le ministre de l’Industrie des Mines et du développement technologique mercredi dernier. Produire des médicaments pour combattre les cancers, toutes sortes de douleurs, le diabète et bien d’autres maladies, c’est bien possible au Cameroun. Du moins le directeur général du groupe espagnol Laboratios sociados Nupel S.L, Jorge Dorribo Gude, y croit dur comme fer. Au cours d’une audience à lui accordée mercredi dernier par le ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique, Badel Ndanga Ndinga, l’homme d’affaires a expliqué son idée au sujet de la mise en place au Cameroun d’une unité de production industrielle de produits pharmaceutiques. En tout 24 présentations différentes, sous forme de médicaments génériques, que l’entreprise espagnole compte produire au Cameroun.

Et ce ne sont pas les atouts qui manquent à ce projet, dont les contours ont été présentés au ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique. Entre 12 et 16 mois maximum, c’est le temps que devrait durer la mise en œuvre de ce projet, dès que tous les tous les certificats auront été attribués par le ministère de la santé, les organisations internationales et toutes les autres administrations concernées dans le contrôle des normes et de la qualité de la qualité. Environ 1,5 milliard de francs CFA à investir, et une quinzaine d’emplois à générer… C’est le charme que propose cette nouvelle entreprise, qui ne laisse de toute évidence pas indifférent le MINIMIDT.

En tout cas, à la division des normes et de la qualité, les assurances sur la bonne santé de l’entreprise et des produits qu’elle propose ne souffrent l’ombre d’aucun doute. Sur la qualité des plantes qui doivent entrer dans la composition de ces médicaments Charles Booto a Ngon se veut confiant. Elles sont toutes prêts, déjà testées et utilisées dans différents pays développés, et qu Cameroun, il n’est question que de perpétuer une tradition.

S.O.O.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !