Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le tétanos maternel et néonatal préoccupe - 28/06/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Quatre enfants sur cinq atteints de cette maladie au Cameroun en meurent, généralement contaminés pendant l’accouchement.

Au Cameroun, le tétanos maternel et néonatal (TMN) est l’une des maladies les plus meurtrières chez l’enfant, de par sa forte mortalité. Quatre enfants en meurent sur cinq atteints. Soit environ 75 à 80 % de décès. Pourtant la vaccination contre cette maladie concerne les femmes enceintes qui constituent 5% de la population cible du Programme élargi de vaccination systématique et les femmes en âge de procréer (entre 15 et 49 ans). Ces tranches de la population sont les plus ciblées parce que vaccinées, ces femmes protègent également leurs bébés à venir.

Dans le monde, plus de 40 000 femmes contractent le tétanos chaque année en cours de grossesse ou pendant l’accouchement et plus de 450 000 nouveau-nés en perdent la vie.
Le tétanos est une maladie infectieuse non transmissible d’une personne à une autre. La maladie se développe dans les tissus souillés. Si l’accouchement s’est déroulé dans de mauvaises conditions d’hygiène, le microbe responsable de la maladie pénètre dans la plaie au moment de la section du cordon ombilical, à travers l’utérus après l’accouchement ou lors de la circoncision et la maladie s’installe à la fois chez la mère et son nouveau-né. D’où l’appellation tétanos maternel et néonatal.

Dans sa campagne de vaccination contre le TMN, le ministère de la Santé publique a adopté une approche à haut risque. Elle consiste à commencer les activités d’élimination par les zones où la maladie est la plus répandue. Dans ces zones sont choisies en raison du faible taux d’accès aux visites prénatales ou à la vaccination systématique. Les chances élevées pour ces femmes (58%) d’accoucher à domicile et sans assistance médicale en est la seconde raison. C’est ainsi que 22 districts de santé ont été sélectionnés dès 2002.

Pour la campagne actuelle dont le premier passage a commencé lundi dernier pour s’achever le 1er juillet prochain, 30 autres districts ont été retenus sur l’ensemble du territoire national, pour un total d’environ 660 000 femmes. Le deuxième passage est prévu du 31 juillet au 5 août 2006. Toutefois, il faut rappeler qu’au moins trois doses du vaccin antitétanique sont nécessaires pour être protégé. Mais les deux doses supplémentaires sont indispensables pour une protection à vie contre cette maladie. Outre ces doses de vaccin à administrer aux femmes en âge de procréer, une bonne hygiène à l’accouchement et une surveillance efficace du TMN sont également des facteurs d’éradication.

Jocelyne NDOUYOU

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !