Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Pr. Same Ekobo : "Cette combinaison est directement active" - 22/06/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’éclairage du Pr. Same Ekobo, vice président du Comité national Roll-Back Malaria.

Quelle est la particularité de la combinaison mise sur pied par la firme Holley-Cottec dans la lutte contre le paludisme ?

Les deux molécules n’ont jamais été commercialisées auparavant. Donc, elles n’ont jamais eu de contact avec le parasite. Ce qui est un avantage pour détruire les souches résistantes. Sur le plan chimique, la première molécule, la Pipéraquine est une double quinoléine, double de la chloroquine par exemple, ce qui renforce son action et les concentrations dans le parasite. La deuxième molécule, Dihydroartémisinine est directement active. C’est-à-dire qu’elle n’a pas besoin d’être métabolisée, digérée, traitée dans le foie avant d’être active. Toutes les autres combinaisons à base de doses d’artémisinine doivent être métabolisées dans le foie pour donner la Dihydroartémisinine. Or, la Dihydroartémisinine qui est dans ce produit est directement active.

Le coût de 4.500 Fcfa n’est-il pas prohibitif pour les populations ? Sera-t-il subventionné ?

Là, ce sont des techniques commerciales. Parce que les autres molécules que le ministère de la Santé a autorisées ont été négociées avec les partenaires qui vont la subventionner. Mais pour l’instant, toutes les combinaisons coûtent le même prix. La nouvelle combinaison présentée n’est pas plus chère que les autres. Mais, l’artésunate amodiaquine a une longueur d’avance parce qu’elle a déjà une promesse très ferme du Global Fund pour être subventionnée. Et le coartem qui est la deuxième combinaison adoptée par le Minsanté a également une subvention en perspective. Mais je pense que, vu la rareté des molécules, la nouvelle combinaison lancée aura également le bénéfice d’une subvention.

Le Minsanté vient de sortir du marché certains médicaments. En quoi le nouveau produit est-il différent de ceux-là ?

Le nouveau produit a une partie qui était sortie de la circulation. Les experts de la santé ne souhaitent pas qu’il y ait une simple molécule. Aucune monosubstance n’est plus acceptée, sauf pour les accès graves comme la quinine. Toutes les 42 molécules retirées par le ministre de la Santé publique concernent uniquement les accès simples, c’est-à-dire le traitement qui risque de pousser le parasite à la résistance.

La combinaison n’est pas applicable aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans…

Tous les antibiotiques sont rarement prescrits à la femme enceinte. Mais ce que je pense, c’est que toutes les expériences montrent que la femme enceinte et l’enfant de moins de cinq ans peuvent prendre ces molécules. Mais vous savez qu’il faut être prudent. Il ne faut pas d’emblée aller faire des recherches sur la femme enceinte. Mais nous sommes en phase finale des recherches pour pouvoir dire que ce médicament n’a pas de problèmes sur la femme enceinte. D’autres pays comme le Cambodge sont déjà bien avancés. Nous, on reste prudent.

Propos recueillis par A.T

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !