Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Diagnostic : Espoirs et illusions - 04/03/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Info ou intox ? On apprend de source médicale qu'un vaccin contre la malaria est sur le point d'être trouvé. Une équipe de chercheurs britanniques est à l'œuvre. Elle s'est penchée très sérieusement sur la question depuis 2001 avec des résultats à ce jour prometteurs. Les recherches en laboratoire, semble t-il, ont été concluantes. Restent les expérimentations sur le plan clinique qui, là aussi, seraient en passe de remporter une victoire historique. Bonne nouvelle donc pour l'Afrique qui accueille du reste les essais sur le nouveau vaccin.

Mais ne crions pas victoire trop vite. Il faudra encore attendre les résultats de la troisième et dernière phase des essais cliniques qui devront dont consacrer le triomphe de la thérapie. Qu'on ne s'y méprenne pas. Ce n'est pas demain la veille. Ce genre de nouvelle, on en a soupé depuis de longues années au plus fort des années tristes où le paludisme était reconnu comme la maladie la plus meurtrière. Qu'on se souvienne des recherches de Miguel Pataroyo qui tint en haleine toute la communauté scientifique il y a près de deux décennies. Alors qu'on croyait tenir le bout du tunnel, le monde des paludéens ne tarda pas à déchanter. Que dire des autres formules thérapeutiques qui entre-temps ont suscité tant d'espoirs avant de disparaître de toute prescription thérapeutique ?

Pendant ce temps, le paludisme poursuit sa marche macabre. En Afrique notamment. Tenez ! Maladie tropicale par excellence, le paludisme est la première cause de morbidité et de mortalité en Afrique. Au Cameroun : il compte pour 50% des consultations médicales, 30% des hospitalisations. On peut donc imaginer les dépenses en santé qui sont directement, aussi bien en Afrique qu'ailleurs. Un gigantesque marché d'un milliard de malades qui entretient le bizness de grands laboratoires pharmaceutiques. Et pour mieux entretenir ce marché de la peur, il suffit d'agiter l'épouvantail des résistances et autres métamorphoses compliquer pour justifier les nouvelles combinaisons médicamenteuses toujours plus coûteuses. Aujourd'hui toutes les politiques sanitaires semblent s'accorder à dire que la meilleure arme contre la paludisme c'est la moustiquaire imprégnée.

Mais la solution est loin d'être accessible aux couches les plus défavorisées qui, du fait des conditions environnementales de leur existence sont les plus vulnérables face au paludisme. Mais qui s'en souci ? Surtout depuis que le marché du paludisme a été débordé par celui du sida, de loin plus lucratif. Les nombreux morts régulièrement attribués au vih ont fini de convaincre les derniers scepticismes, le marketing a fait le reste.

On a même fini par être corrompu par le marketing du sida, au point d'oublier qu'il y a d'autres maladies aussi ravageuses, voire pire que le Vih. Le paludisme, pouvait dès lors entrer dans l'oubli. L'excuse facile consiste souvent à se cacher derrière la vielle ritournelle du manque de moyens pour expliquer la faible prise en charge des cas cliniques liés au paludisme. Et c'est vrai que si les pouvoirs publics avaient pris à bras le corps la menace du paludisme dans toute ses dimensions (sociales, environnementales, économiques…), on ne parlerait plus de cette maladie avec les qualificatifs morbides qu'on lui colle aujourd'hui. Mais le paludisme n'est pas le sida. Que personne ne s'offusque donc de l'inégalité des moyens affectés à l'un et l'autre maladie. Tout pour le sida et rien - ou presque - pour le paludisme, alors qu'il est établi que les ravages du second sont de loin les plus désastreux.

Par Roger A. Taakam

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !