Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Unis contre la drépanocytose - 09/03/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Environ 25% de la population nationale est porteuse de l’échantillon de la maladie contre laquelle l’association « Drépano-solidaires » s’est engagée. Du haut de ses 22 ans, Rachel Ngalani traîne sa maladie comme un fardeau. Les questions de ses camarades de classe sur son aspect : ventre ballonné, yeux jaunes, air fatigué, maigreur, tout cela la mettait mal à l’aise. Petit à petit Rachel, s’est isolée. Elle n’avait pas d’ami et se sentait inutile. Finalement, elle a fini par abandonner sa scolarité pour un temps. Aînée d’une famille de sept enfants, elle vient de voir le benjamin de la famille s’éteindre, il y a quatre mois, du fait de la même maladie.

Avec un père au chômage et une mère cultivatrice, la jeune fille doit se débrouiller pour prendre en charge ses crises. « Une crise me coûte au moins cent mille francs, et je ne travaille pas », confie-t-elle.

Voilà à peu près le quotidien des drépanocytaires. Au Cameroun, si l’on s’en tient à une étude menée par le Centre Pasteur en 2004, 25% de la population nationale sont porteurs de l’échantillon de la maladie, dont 8% sous sa forme homozygote (SS). La maladie a été reconnue comme problème majeur de santé publique par l’Onu en décembre 2008. C’est en connaissance de tous ces paramètres que l’association « Drépano-solidaires » composée de jeunes volontaires s’est fixée pour mission de lutter contre la drépanocytose à travers la prévention, le suivi et l’amélioration du cadre de vie des malades. Selon Junior Mekinda le président de « Drépano-solidaires », « l’intérêt de créer une association de lutte contre la drépanocytose vient du fait que nous nous sommes rendus compte qu’il s’agit d’une maladie orpheline. On fait beaucoup de bruit autour des autres maladies, et pourtant la drépanocytose est plus ou moins liée à tout le monde ». En effet selon le Dr. Monny Lobe, « la drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue au monde ». Pour l’association, l’éradication de cette maladie passera dans un premier temps par la prévention, l’information et la sensibilisation. « C’est une maladie peu connue au Cameroun, alors qu’on peut facilement l’éviter en connaissant son statut avant le mariage », déclare Junior Mekinda.

D’où les deux mois de campagne médiatique que l’association se prépare à entamer, principalement en direction des jeunes en âge de se marier. D’autre part, la lutte passera aussi par le plaidoyer vers les pouvoirs publics et les organisations internationales pour une prise en charge et une meilleure insertion socio-professionnelle des malades. « Les malades du sida pour la plupart, contractent la maladie à cause de leur vagabondage. Mais ils sont pris en charge. Nous qu’avons-nous fait ? Nous sommes nés avec la drépanocytose, mais nous sommes délaissés. Même s’il est fragile, le drépanocytaire est un être à part entière. Il faut lui donner une chance en lui donnant du travail », déclare Rachel, émue.

Du côté du ministère de la Santé publique, l’on annonce de nouvelles mesures. Une enquête sur le trait drépanocytaire est en train d’être menée pour avoir une base de données fiables sur la maladie au Cameroun, afin de reformuler le Plan stratégique de lutte contre la drépanocytose, qui devrait être validé cette année. Une étape qui permettra d’avoir accès aux bailleurs de fonds. Des fonds qui seront alloués, cette année pour lutter contre la maladie dans le cadre des fonds PPTE et du budget d’investissement public.

Steve LIBAM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !