Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Croisade contre l’épilepsie - 06/03/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique sévère. La plus fréquente, malgré le fait qu’elle soit traitable. Selon l’Organisation mondiale de la santé, elle touche plus de 50 millions de personnes dans le monde, dont 10 millions en Afrique. Une convention pour l’amélioration de la prise en charge des patients souffrant de cette maladie, en vue de réduire le nombre de crises, les manifestations et les conséquences de la maladie épileptique, a été signée hier entre le ministère de la Santé publique et la firme pharmaceutique Sanofi. Le projet mis en place par le présent protocole aura une durée de trois ans. Le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, a présidé hier les travaux dans la salle de conférences du Minsanté, en présence de nombreux spécialistes.

Il s’agit en réalité de la volonté des deux parties de réduire le poids de cette affection et la mortalité précoce qui en résulte, d’améliorer la qualité de vie des malades et de leurs familles, de contribuer à la réinsertion des malades épileptiques dans la vie active. Le Cameroun s’engage à assurer l’achat des produits dans le cadre du Programme national de lutte contre l’épilepsie, d’identifier et de stabiliser le personnel en charge du projet dans les zones endémiques, notamment la zone-pilote, et de promouvoir les personnels du réseau et les fixer à leur poste. Quant à Sanofi-Aventis, il leur revient de fournir une boîte à outils, notamment un kit de formation dans un premier temps pour la formation des médecins et des personnels de la santé chargés de diagnostiquer des cas épileptiques, de mettre en place un système de surveillance épidémiologique dans la zone-pilote, etc.

Les chiffres sont clairs. Selon le Minsanté, au Cameroun, on retrouve des épileptiques dans toutes les régions du pays. En milieu hospitalier, l’épilepsie représente 15, 78% des consultations neurologiques chez les adultes et 1,85% des consultations pédiatriques. Les études épidémiologiques ont démontré l’existence des foyers à forte prévalence : 6% dans le département du Mbam, 5,9% dans le département de la Lékié, etc. C’est pour cela que ces départements ont été choisis comme zones-pilotes. Le directeur des Maladies négligées chez Sanofi, Mireille Cayreyre, explique qu’une étude épidémiologique va avoir lieu dans ces différentes zones. Elle a pour but de mesurer la situation aujourd’hui et à la fin du programme. « A côté, il y aura un plan de formation des médecins généralistes et du personnel soignant pour prendre en charge les malades », conclut-elle.

Marthe BASSOMO BIKOE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !