Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Cécile Okalla Ebongue : Il n'y a pas de vaccin contre l'onchocercose - 11/03/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Qu'est-ce que l'onchocercose ? C'est une filariose cutanée, maladie parasitaire due à Onchocerca volvulus, et transmise par piqûre d'un moucheron noir (simulie). L'onchocercose se manifeste par le prurit, des tuméfactions (nodules) au niveau de la peau, la dépigmentation, et une atteinte oculaire. C'est d'ailleurs celle-ci qui fait la gravité de la maladie. On peut aller d'une simple conjonctivite à la cécité (Ça veut dire que le malade devient aveugle) d'où son nom " cécité des rivières ". C'est une maladie qui est fréquente dans les régions où il y a des rivières. Il faut de l'eau pour que les simulies se développent.

Quelles sont les zones les plus exposées au Cameroun ?

La simulie vit en bordure des courants d'eau douce au cours agité et aéré (chutes, rapides). Les principaux foyers de l'onchocercose sont retrouvés au bord de la Sanaga (Mbandjock, Bafia, Monatélé ...), dans le Nord (Toubouro, Poli...) sur les berges du Nkam (Yabassi, Bafang), et dans la plupart des endroits où il y a des barrages. Les populations de Douala par exemple ne sont pas exposées, elles sont surtout en contact avec un autre vecteur, un taon (mout mout) qui donne la filariose à loa loa où l'on voit des filaires qui rampent sous la peau ou dans l'oeil, un prurit intense et des oedèmes.

Que doit faire un malade qui présente de tels symptômes ?

Il faut immédiatement aller dans un centre hospitalier pour faire des examens. Le diagnostic se fait par un prélèvement de peau, pour examen au microscope, on observe des microfilaires. Le traitement sous forme de comprimés est fait à base d'une molécule appelée Ivermectine. Sa prescription doit être faite par un personnel médical pour réduire les risques de complications liées à ce médicament. C'est un traitement qui ne coûte pas cher, mais qui ne doit pas être vendu dans la rue.

Un trouble bénin de la vue peut-il cacher une onchocercose ?

On ne va pas d'emblée chercher l'onchocercose dans toutes les maladies oculaires. Il faut qu'il ait d'autres signes associés, comme les nodules cutanés, Il faut également interroger le malade pour savoir s'il a séjourné en zone d'endémie.

Comment faire pour éviter l'onchocercose ?

Il n'y a pas de vaccins contre l'onchocercose et les autres filarioses. Pour les populations qui vivent au bord des rivières, il faut se protéger contre les piqûres par le port de vêtements qui couvrent tous les membres. La lutte antivectorielle se fait par pulvérisation d'insecticides au niveau des gîtes de simulies. L'administration de l'Ivermectine en campagnes de masse permet de réduire la transmission. L'onchocercose sévit toute l'année en zone de savane comme en zone forestière, même si on note une recrudescence en saison sèche.

Propos recueillis par Eric Roland Kongou

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !