Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Pr. Arthur Essomba : « Les plateaux techniques s’améliorent » - 24/04/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pr. Arthur Essomba, directeur de l’organisation des soins et de la technologie sanitaire au ministère de la Santé publique. Peut-on limiter les évacuations sanitaires dans un pays comme le nôtre ?

Evidemment. C’est même l’une des ambitions du système de santé publique. Les hôpitaux généraux qui ont été créés au Cameroun ont comme première mission d’être des hôpitaux de référence, qui doivent fournir des prestations de soins de haut niveau et qui devraient permettre de limiter les évacuations. C’est le but de ces hôpitaux généraux. L’amélioration des plateaux techniques qui est en cours dans notre pays vise justement à réduire le nombre des évacuations. Il y a quelques années encore, on évacuait des patients pour faire des IRM. L’acquisition d’une IRM au CHU va forcément réduire ces évacuations sanitaires. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. C’est pour dire que les prestations de haut niveau sont l’un des objectifs majeurs et fondamentaux du ministère de la Santé publique.

Pourtant, il y a des maladies qui nécessitent toujours des évacuations…

Nous sommes un pays en voie de développement. Il s’agit des soins de très haut niveau qui sont souvent très onéreux. Donc, nous ne pouvons pas nous les permettre aussi facilement. Nous n’avons pas les moyens d’y parvenir encore. Je peux même vous dire que dans les pays développés, toutes les régions ne sont pas au même niveau. C’est pour dire que oui, il y a des pathologies qui sont encore au-delà de nos ressources mais heureusement, ce ne sont pas les plus fréquentes.

Plusieurs patients contraints à l’évacuation se plaignent souvent des lenteurs administratives et du trop grand nombre de papiers à signer. Comment y remédier ?

Ces lenteurs existent parce qu’un dossier d’évacuation n’est pas comme un dossier de fourniture ou de prestation de services divers. Pour cela, je peux dire qu’il existe une prise de conscience réelle à ce niveau-là. Je ne trahirai pas un secret en disant qu’il y a des réflexions qui sont justement en cours dans l’administration pour rendre plus rapide et plus efficace, les dispositions d’évacuation sanitaire dans notre pays.

Quelles dispositions notamment ?

Je ne peux pas en dire plus. Je peux juste dire que des réflexions sont en cours à cet égard, pour faciliter les procédures et trouver des mécanismes qui permettent que ça se passe plus rapidement.

Propos recueillis par A.T.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !