Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Médecine nucléaire : plus loin dans l’imagerie. Le premier cours régional sur cette branche scientifique s’est ouvert hier à Yaoundé - 05/07/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des spécialistes en médecine nucléaire de 17 pays d’Afrique se réunissent depuis hier à l’Hôpital général de Yaoundé (HGY). C’est dans le cadre du programme de formation assistée à distance. La médecine nucléaire qui est l’une des dernières spécialités de la médecine est un service d’imagerie médicale dite fonctionnelle.

Selon le Dr Faustin Dong A Zok, chef service de la médecine nucléaire à l’HGY, " cette spécialité saisit la maladie dans son comportement. C’est lorsqu’il y a dysfonctionnement d’une cellule que l’anatomie ressent un problème et l’individu tombe malade ". La médecine nucléaire est complémentaire à l’imagerie morphologique composée de la radiologie, du scanner, etc. Et plus performante. " Si la radiologie a deux yeux pour voir, la médecine nucléaire en a quatre ", affirme le Dr Faustin Dong A Zok. En médecine nucléaire ou isotopie, on travaille sur les atomes, le noyau des cellules, d’où l’adjectif nucléaire. " Alors qu’on travaille à l’extérieur en radiologie, l’isotopie va plus en profondeur des organes, grâce à de petites molécules appelées radiotraceurs qui se désintègrent dans le corps au bout de 6 heures ", déclare le Dr Christine Sara Minka Minka, isotopiste à l’HGY. Cette spécialité, encore à ses débuts dans le continent, a besoin de personnel qualifié, d’où la tenue de ce cours international.

Organisé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA), en collaboration avec les ministères de la Recherche scientifique et de l’Innovation et de la Santé publique, ce cours international régional a pour objectif de former des formateurs qui iront dans leurs pays former des techniciens en médecine nucléaire. Selon Maurice Doube, secrétaire général du Minresi qui présidait la cérémonie d’ouverture, l’isotopie permet une meilleure prise en charge locale des patients, réduisant ainsi les évacuations sanitaires qui grèvent le budget des hôpitaux. Cette branche de l’imagerie médicale est plus applicable dans les différents types de cancer.
Ce cours va permettre à la médecine nucléaire, peu connue au Cameroun, de dévoiler son importance dans le traitement des maladies. Actuellement, il existe un seul service de cette spécialité dans la sous-région Afrique centrale. Après le projet pilote de l’HGY, un service de médecine nucléaire sera installé dans les prochaines semaines à l’Hôpital général de Douala. Pendant une semaine, les apprenants seront éclairés sur des notions telles que la cardiologie nucléaire et la scintigraphie.

Jocelyne NDOUYOU

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !