Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Pandémie : le paludisme à l'épreuve des prophylaxies et thérapies - 13/05/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Alors que le Cameroun ajuste ses méthodes de traitement, le Pnue et L'Oms trouvent des substituants au Ddt. Réunis à Genève en Suisse dans le cadre de la quatrième réunion de la conférence des parties et de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en collaboration avec le Fonds mondial pour l'environnement, ont annoncé le 06 mai 2009, un plan de combat revigoré contre la malaria, avec une réduction progressive de la dépendance aux pesticides synthétiques Ddt. Selon un communiqué de presse rendu public le même jour par les organismes cités, dix projets font partie du programme mondial susceptible de "démontrer et trouver des substituts durables au Ddt dans la lutte anti-vectorielle". Et l'opération ainsi lancée, implique environ 40 pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie centrale.

Les organes des Nations se proposent de mettre en évidence dans les différents pays à travers des programmes, des "méthodes non chimiques, de l'élimination des sites potentiels de reproduction des moustiques, à l'installation des moustiquaires dans les foyers et le déploiement d'arbres qui repoussent les moustiques, ainsi que l'implantation de poissons qui mangent les larves de moustiques". Ces nouveaux projets suivent le succès de substituts aux Ddt qui ont été implantés au Mexique et en Amérique centrale. Ici, les techniques exemptes de pesticides ont permis de réduire les cas de malaria de 60%. Le résultat des projets pilotes sur cinq ans démontre que les substituts durables au dichlorodiphenyltrichloroethane (Ddt) ne sont pas onéreux et sont réalisables régionalement et mondialement.

Quinine

La stratégie de la lutte antivectorielle lancée par l'Oms affirme que ces mesures doivent être mises en place et doivent être jumelées à des interventions adaptées aux différentes circonstances locales. On comprend donc que presque à la même période, la Direction de la recherche opérationnelle en santé (Dros) du ministère camerounais de la Santé publique, organisait un atelier sur les mesures thérapeutiques usuelles en cas de crise de paludisme. Il en ressort notamment que les combinaisons thérapeutiques à base d'Artémisinine dont l'appellation abrégée en anglais a été homologuée sous la dénomination des Act, sont recommandées dans les cas de simples crises.
Or, jusqu'ici, de nombreux patients et parents avaient cru comprendre que les Act étaient la solution au mal. "Les Act sont une thérapie efficace contre le paludisme. J'en ai usé chaque fois que je tombe malade ou qu'il y en a un autour de moi. Je les croyais aussi efficace que les perfusions", indique Berthe Nkou Mballa, enseignante en service à Yaoundé.

Contexte

Au terme de récentes études coordonnées par la Dros, le paludisme qui est un problème de santé au Cameroun comme dans nombre de pays du continent, a pour seul et véritable médicament : la quinine. Le Dr Bilounga explique d'ailleurs à ce propos le contexte autour d'une telle médicamentation. "Anciennement, souligne-t-il, la quinine préventive a aidé comme mesure prophylactique. Mais l'évolution de la science a permis de se rendre compte que cette approche du traitement favorisait des résistances. C'est pour cela qu'on ne peut conseiller la prévention par médicamentation qu'aux sujets totalement vierges. A l'inverse, tous ceux qui ont déjà contracté cette maladie sont quasiment immunisés. L'usage des combinaisons thérapeutiques ne se fera qu'en cas de crise. Il n'empêche que le paludisme aigu se nécessite une hospitalisation et un traitement de choc par la quinine".

Le traitement du paludisme dans les formations sanitaires du Cameroun, est donc en pleine mutation. Au moins, depuis 2004, année de l'avènement des Act que l'opinion considère comme nouveau. Constitué par ordre de disponibilité sur le territoire nationale de Falcomon, Arsucam et Coartem, les Act dont il s'agit, ""permettent de prendre en charge correctement le paludisme". Ceci veut dire, bien l'identifier par un diagnostic biologique et ou clinique. Mais aussi d'administrer un traitement qui convient dans les 24h qui suivent l'apparition des premiers symptômes. Je dois préciser que cette médicamentation n'est conseillée que dans le cas du paludisme simple". Insiste le Dr Dorothy Achu.

Pour comprendre

De la substitution du Ddt
Selon le porte-parole du Pnue, Nick Nuttall, le premier des projets de démonstration, a commencé en 2003 et a été coordonné par l'organisation panaméricaine de l'Oms, en collaboration avec de nombreux organismes dont le Pnue, la commission de coopération environnementale et huit gouvernements. Le projet a impliqué les ministères de la santé du Belize, du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua et du Panama. Dans ces pays, les Ddt sont vaporisés de manière intensive dans les foyers, les eaux et la flore depuis 1950 afin de combattre la malaria.
Plus de 89 millions de personnes en Méso-Amérique vivent dans des endroits propices à la transmission de la malaria. Plus du tiers (soit 23,5 millions) vivent dans des zones ou les risques de contagion sont très élevés.

Le travail, qui implique un peu moins de 7,5 millions de dollars du fonds pour l'environnement mondial et un cofinancement de 6,4 millions dollars, a implanté les méthodes de la lutte antivectorielle intégrée dans 202 communautés, 50 municipalités et dans huit pays. Le travail a touché environ 160 000 personnes directement et environ 6,8 millions indirectement. Ceci représente environ 30% des zones à risque élevé.
Les chercheurs montrent d'autres avantages comme le renforcement des institutions nationales et locales qui sont impliquées dans la lutte contre la malaria, l'amélioration des données scientifiques sur l'impact du Ddt sur les communautés et les actions pour stocker les polluants organiques persistants. Durant le projet, plus de 136 tonnes de Ddt et environ 64 tonnes de substances chimiques comme le toxapehene et le chlordane ont été localisées. Ces stocks sont censés être exportés et détruits conformément au traité du Pnue, lors de la convention de Bâle sur les mouvements transfrontaliers des déchets dangereux.

Léger Ntiga

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !