Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Louis Joss Bitang à Mafok : la chirurgie avant tout - 10/06/2009 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ancien chef service des Urgences de l'hôpital Laquintinie, le médecin est désormais à la tête de l'hôpital de Deïdo. Le tout nouveau directeur de l'hôpital de district de Deido, affiche déjà sa détermination face à ses nouvelles responsabilités. "Il s'agit non seulement de manager les hommes, mais aussi de faire de l'administration tout en restant clinicien. L'hôpital de Deido devra désormais donner des soins spécialisés aux patients à un coût moindre que dans les hôpitaux centraux. Il faudra, d'ici deux ans, que l hôpital de Deido devienne un centre chirurgical de référence dans la ville de Douala. C'est à cela qu'il faut tendre", promet Dr Louis Joss Bitang à Mafok. Connu pour ses prouesses en chirurgie générale et en chirurgie digestive, ce médecin a, au fil des années, acquis de l'expérience dans les différents hôpitaux où il a servi.

A l'hôpital Laquintinie où il passe près de deux ans de 2007 à 2009, Dr Louis Joss Bitang à Mafok a fait montre d'un savoir-faire et d'une remarquable disponibilité pour les patients. "Je ne vois pas ce qu'il y a de plus important que sauver une vie. Et, malgré la clochardisation de ce corps de métier, je reste convaincu que c'est un métier noble. La satisfaction, la nôtre, reste morale", justifie-t-il.
Près de treize ans après le début d'une carrière aussi brillante que mouvementé, Dr Louis Joss Bitang à Mafok est aujourd'hui considéré par ses collègues et sa hiérarchie comme un homme de devoir. Sa nomination à la tête de l'hôpital de district de Deido intervenue le 14 avril dernier, apparaît dès lors comme une récompense de plusieurs années de travail bien fait. "J'ai aimé la médecine depuis mon enfance, et j'y suis par vocation. C'est pourquoi je n'ai jamais pensé renoncer, et ce malgré le mauvais traitement du médecin camerounais", affirme le médecin.

Lauréat de la 21ème promotion du Centre universitaire des sciences de la santé (Cuss) de Yaoundé en 1996, Dr Louis Joss Bitang à Mafok est donc en train d'accomplir son rêve d'enfance. Et comme si tout lui était prédestiné, c'est à l'hôpital central de Yaoundé qu'il démarre sa carrière de 1996 à 1998. " C'est ici que je prends goût à la chirurgie. Car, je suis aux urgences chirurgicales avec comme maître le professeur Louis Abolo Mbenti. A lui, je dois tout ce que je suis devenu aujourd'hui", se rappelle-t-il. Son ardeur au travail, il le doit donc en partie à cet apprentissage auprès de Louis Abolo Mbenti. Une expérience qu'il fera profiter à sa région natale, le Mbam, précisément à Bokito où il va exercer comme médecin chef de l'hôpital de cette ville entre 1998 et 2001.

"Je me souviens encore de ce que j'ai ressenti lorsqu'il a fallu partir", confie Dr Louis Joss Bitang à Mafok.
Trois ans en effet après, il est nommé directeur de l'hôpital de district d'Akonolinga, qu'il dirigera de 2001 à 2002. Là, il lui vient l'envie de se spécialiser. Dr Louis Joss Bitang à Mafok s'inscrit d'abord à l'Université Cheik Anta Diop à Dakar au Sénégal. Avant de se retrouver à Strasbourg en France de 2006 à 2007, pour parachever sa formation de chirurgien des hôpitaux. A la clé, il obtient un diplôme en chirurgie générale et digestive. Aujourd'hui âgé de 43 ans, l'expérience du Dr Louis Joss Bitang à Mafok parle donc d'elle-même. Appelé à concilier, comme d'habitude, l'administration de l'hôpital de Deido et ses interventions chirurgicales, de nouveaux défis attendent déjà le médecin.

Aristide Ekambi (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !