Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Croisade contre les cliniques illégales - 04/06/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une cartographie des cliniques clandestines est en cours d’établissement, avant les descentes inopinées sur le terrain. En attendant les descentes sur le terrain pour saisir les matériels ou fermer les cliniques qui sont en marge de la loi, l'Ordre des médecins établit actuellement une cartographie des structures hors-la-loi. « Cette opération prend un peu de temps, car il faut que nous établissions une cartographie très précise des cliniques illégales, pour ne pas avoir à commettre d’erreurs qui pourraient être préjudiciables à toute notre campagne d’assainissement du secteur », confie le Dr Rodolphe Fonkoua, représentant régional de l'Ordre des médecins dans le Littoral.

Ce travail de l’ombre ne se passe pas sans mal. « Nous avons constaté des fuites d’informations. Les propriétaires des cliniques illégales sont avertis et ont le temps de cacher leur matériel ou de fondre dans la nature. Si ça continue, l’ampleur de notre opération risque d’être moindre», poursuit Rodolphe Fonkoua. Cependant, les descentes inopinées sur le terrain sont maintenues. Les fuites d’informations seront jugulées selon l'Ordre des médecins, afin que l’effet de surprise soit garanti quand les descentes sur le terrain auront lieu.

Initialement programmée à partir du 25 mai dernier, la campagne d'assainissement du secteur de la médecine par l'Ordre des médecins du Cameroun a été différée. Selon le représentant régional de l'Ordre des médecins dans le Littoral, il s’agit de laisser plus de temps aux propriétaires de cliniques privées illégales de se mettre en règle. D’après l'Ordre des médecins du Cameroun, pour l’exercice de la médecine en clientèle privée, il faut entre autres, être médecin inscrit à l'Ordre et produire une police d’assurance.

Par ailleurs, selon le Dr Rodolphe Fonkoua, les médecins fonctionnaires, les étrangers qui exercent dans le pays sans accord préalable entre leur pays et le Cameroun, les paramédicaux (les infirmiers et les aides-soignants qui exercent dans les quartiers en tant que médecins), les Gic, les promoteurs de « médecine douce», etc. sont également passibles de sanctions. Concrètement, la campagne va se faire par des descentes sur le terrain pour saisir les matériels ou fermer toutes les cliniques illégales. Des poursuites judiciaires ne sont pas à exclure. Cependant selon Rodolphe Fonkoua, l’objectif de la campagne n'est pas de nuire à des gens, mais d'arriver à ce que la médecine soit exercée convenablement par ceux qui sont aptes à le faire et dans des conditions acceptées.

Steve LIBAM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !