Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

L’éclairage du Dr André Bita Fouda : « La couverture vaccinale a été renforcée »[interview] - 29/06/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’éclairage du Dr André Bita Fouda, délégué régional de la Santé publique pour le Littoral. Avez-vous le sentiment que depuis la mise sur pied de la Sasnim, il y a eu un changement ?

On ne peut pas encore avoir de résultats, ni de chiffres précis par rapport à la Semaine d’actions de santé et de nutrition infantile et maternelle. Il est encore très tôt pour se prononcer et mesurer l’impact de ces actions de santé sur les populations. La Sasnim n’a que trois ans d’existence et elle cible seulement, pour le moment, certaines maladies. Mais on peut néanmoins avoir une vue globale de ces actions. Le taux de morbidité et de mortalité infantile a beaucoup diminué compte tenu des séries de vaccination faites aux enfants. Certaines maladies comme la rougeole et la poliomyélite sont en nette regression.

Qu’en est-il exactement de ces deux maladies dans le Littoral ?

La couverture vaccinale de la poliomyélite et de la rougeole a été renforcée que ce soit dans le Littoral ou ailleurs. Nous n’avons plus eu de nouveaux cas depuis que quelques-uns ont été détectés l’année dernière dans le centre de santé de Nylon et aussi à Edéa. Depuis lors, tout semble être stoppé. Dans tous les cas, nous mettons tout en œuvre, tous les moyens qu’il faut pour que ces maladies soient complètement éradiquées. La surveillance est sans relâche. Lorsque nous détectons quelque chose, que l’on soupçonne liée à ces maladies, on commence directement à vacciner les enfants.

Et en ce qui concerne la lutte contre le paludisme ?

La véritable lutte ici s’effectue à travers la prévention, on protège la mère et l’enfant. La distribution et ré-imprégnation de moustiquaires sont les moyens que nous mettons en œuvre pour cela. Pendant la Sasnim, nous distribuons souvent ces moustiquaires qui sont une barrière physique qui permet de tuer le moustique. Le principal objectif dans cette lutte c’est d’éviter que le moustique pique la femme enceinte. L’autre moyen non moins important, c’est le traitement préventif intermittent de la maladie (TPI). Le TPI est un moyen de prévention du paludisme par les médicaments. Il est réservé aux femmes enceintes et lui permet de se protéger elle-même, ainsi que son futur enfant. Le TPI est impérativement administré par un personnel médical, dès le 4e mois de grossesse, ou dès les premiers mouvements de l’enfant dans le ventre de sa mère.

Propos recueillis par J.M.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !