Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Industries pharmaceutiques : le défi de la qualité - 03/07/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Minsanté a visité hier à Douala trois unités de productions de médicaments. Sa première impression à la sortie de la dernière industrie pharmaceutique qu’il visite ce jeudi matin, est que le Cameroun doit être fier de ses unités de production de médicaments. L’industrie Cinpharm est, selon le Minsanté, un projet de référence. « C’est l’un des fleurons des industries pharmaceutiques au niveau de l’Afrique centrale. C’est le meilleur dans le secteur sécurité et qualité », estime André Mama Fouda. D’ailleurs le promoteur de ladite industrie lui emboîte le pas en affirmant que dès le début de l’année 2010, des médicaments made in Cameroon verront le jour. Selon lui, le projet est à 90% de son installation.

Les deux autres industries pharmaceutiques qu’a visitées le Minsanté plus tôt, suivi du gouverneur de la région du Littoral Fai Yengo Francis ont reçu elles-aussi, des félicitations. Qu’il s’agisse de Genemark installé à Yassa ou Afripharma de Logpom, toutes sont agréées. Les conditions de fabrication que découvrent les autorités semblent satisfaisantes et même sécurisées. Cela permet au Cameroun d’avoir des médicaments de meilleure qualité. En fait, comme le précise Joseph Marie Bikoti, chef du centre d’approvisionnement pharmaceutique régional, toutes ces industries pharmaceutiques et bien d’autres installées au Cameroun ne fabriquent que des génériques. C’est une aubaine parce que, dit-il, « ces médicaments sont accessibles financièrement à toutes les couches sociales ».

La qualité selon lui est indiscutable. Des contrôles de ces produits se font à plusieurs niveaux avant leur commercialisation. Ceci, dans le but de s’assurer de la conformité. C’est toute une chaîne qui est mise en place du début de la fabrication jusqu’à la commercialisation. Le premier contrôle du produit fabriqué est effectué dans le même laboratoire et un autre à Yaoundé. Mais, il indique que le principe actif du médicament est importé. Le produit fini est à la fin mis en quarantaine, on le prélève des lots et lorsque la qualité est certifiée, le produit peut être commercialisé.

Josy MAUGER

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !