Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Pr. Dominique Baudon : «Il y a des progrès dans la recherche» - 29/09/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Pr. Dominique Baudon, directeur général du Centre Pasteur du Cameroun explique. Quelle est la valeur de la récente découverte de ce vaccin réduisant les risques d’infection?

Ce qu’il faut dire en préambule, c’est que ce vaccin est toujours à l’état de la recherche. Donc, nous ne disposons pas aujourd’hui de ce vaccin qui pourrait être utilisé par la population. Les études sont toujours en cours. Il faut valider ce vaccin. En tout état de cause, ce vaccin, lorsque éventuellement, il sera mis sur le marché, pour l’instant, ne réduit que de 31% le risque d’infection à la maladie. Ça veut dire que nous n’avons pas encore du tout l’arme absolue. Que la manière de lutter contre la transmission c’est toujours, pour l’instant à titre de prévention, les méthodes classiques, c'est-à-dire le préservatif, l’abstinence, etc.

Pour que le vaccin soit validé et reconnu comme efficace, quel degré de satisfaction devrait-il produire ?

Un vaccin pour qu’il soit véritablement accepté, il faut que la quasi-totalité de la population soit protégée. Parce que vous vous imaginez que vous vous dites : « tiens, je suis-vacciné » Vous ne vous dites pas à titre personnel « je n’ai que 30% de chance de ne pas être contaminé, ou que j’ai 70% de chance d’être contaminé.» Donc, là ce sont des vaccins qui font des avancées progressives. Et on espère qu’au fur et à mesure du développement de la recherche, on arrivera à un vaccin qui protège à quasiment 100%.

Comment comptez-vous réagir à cette découverte au niveau du Centre Pasteur? Vous lancerez-vous sur la piste des réactifs utilisés ?

Ici nous ne travaillons pas sur le vaccin lui-même. Pour moi, la bonne nouvelle c’est tout simplement de dire qu’il y a des progrès dans la recherche pour la mise au point d’un vaccin. Et qu’on est à 30% maintenant. Que les études vont se poursuivre, et qu’on espère que le plus rapidement possible, on passera de 30% à 90, 100%. Ça c’est le volet optimiste. Ça veut dire que la recherche est en cours, et que pour la première fois, elle a des résultats qui sont quand même corrects. Nous continuons plutôt à travailler sur la recherche de nouvelles techniques de diagnostic biologique : faire des examens qui soient plus rapides, qui soient moins chères. Et puis, des recherches que nous menons sur le terrain pour savoir comment faut-il organiser la lutte. Comment les enfants peuvent être mieux traités, comment la femme enceinte doit être mieux protégée, etc.

Ça fait plus d’un quart de siècle que le virus du sida a été découvert. Qu’est ce qui retarde la découverte d’un vaccin efficace ?

Pour le vaccin, le problème c’est qu’il s’agit d’un virus qui bouge beaucoup, change, s’adapte toujours à toute nouvelle stratégie. C’est ça en gros la grande difficulté. Je voudrais m’arrêter sur un point. C’est que actuellement, nous avons tous les moyens pour lutter contre le Sida. Pour la prévention, lors des rapports sexuels, nous avons le préservatif. Donc, si les gens modifient leurs comportements, ils peuvent se protéger. Et pour les couples, ils doivent éviter d’aller chercher les partenaires à gauche et à droite…

Propos recueillis par HMT

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !