Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Une nouvelle structure médicale bientôt opérationnelle à Brazzaville - 21/01/2010 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La Clinique médicale optique (CMO) ouvrira ses portes au grand public à compter du lundi 25 janvier. L'annonce a été faite le 19 janvier à Brazzaville par le responsable administratif et financier de cette structure, Rachel Gaza, au cours d'un échange avec Les Dépêches de Brazzaville. Cette entité sanitaire disposera de plusieurs services, l'ophtalmologie occupant cependant une place de choix.

« Faire du Congo une destination médicale » pour une véritable convergence d'autres pays vers le Congo, tel est l'objectif que s'est assigné le ministre congolais de la Santé et de la population, Georges Moyen, à l'occasion de sa prise de fonction à la tête du département en septembre 2009. Un argumentaire corroboré par de jeunes médecins spécialistes en ophtalmologie qui estiment que le Congo dispose désormais d'une structure privée en la matière, la plus importante dans la sous-région d'Afrique centrale. A la vue de la sollicitation déjà importante des malades, l'ouverture officielle de la clinique est vivement attendue.

En comparaison avec d'autres structures déjà existantes au Congo, « le personnel qualifié ne manquait pas auparavant. Cependant, ce qui faisait défaut de tout temps c'était le matériel. Pour preuve, nos anciens en la matière n'ont jamais cessé de se plaindre. Disposer désormais à Brazzaville du matériel de pointe, c'est encourageant. C'est ce qui va faciliter d'ailleurs l'exercice du travail », a indiqué le docteur Charles Nganga-Ngabou.

Force est de constater qu'aujourd'hui, de plus en plus de Congolais souffrent de maux oculaires. Sans doute parce que les populations mènent plus qu'avant des activités intellectuelles qui nécessitent une bonne vue. Or, les Congolais restent méfiants vis-à-vis des médecins et préfèrent souffrir plutôt que d'aller voir un médecin.

Le docteur Williams Atipo-Tsiba, très rassurant, estime que les Congolais ont intérêt à faire confiance à ceux qui sont vraiment formés pour un travail donné. « C'est vrai que parmi nous, on peut compter également sur des médecins pas vraiment bien formés. Pour ce qui est de notre cas, nous qui avons été sollicités pour travailler dans cette clinique, nous avons du donner la preuve du sérieux de notre travail. Si l'Etat congolais a mis autant de moyens en jeu, c'est pour que nous rendions, en retour, service aux Congolais. Que les Congolais soient donc assurés de notre expérience. Ils peuvent compter sur nous », a-t-il souligné.

« Même dans les pays développés, la médecine connaît toujours quelques ennuis. Le manque d'équipement a toujours été un souci. Maintenant que nous disposons du matériel adéquat qui fera de ce centre l'un des plus sollicités, la confiance est donc permise », a insisté Williams Atipo-Tsiba.

En dépit du manque d'assurance médicale au Congo en comparaison à d'autres pays, la consultation au CMO est fixée à 15 mille Fcfa. Les animateurs de la clinique estiment que ce montant est largement à la portée de la bourse des Congolais. « Si on veut rester compétitif, on doit donner un peu plus. Déjà à 15 mille Fcfa, la consultation est largement moins chère que si l'on doit se rendre en France par exemple. Et même juste à côté de chez nous, à Kinshasa, ça se paye en dollar » s'est exprimé le docteur Williams Atipo-Tsiba.

Située sur l'avenue Félix Eboué, au rez-de-chaussée de l'immeuble ex-Cotrade, dans le même alignement que la tour Nabemba, la Clinique médicale optique souhaite combler les attentes des Congolais. La visibilité de ce centre qui constitue un gros investissement, ne pourra être effective qu'avec le concours des Congolais eux-mêmes.

Une initiative louable à en croire les médecins, surtout avec l'autorisation du gouvernement de la République du Congo, « qui accorde aujourd'hui la possibilité aux médecins que nous sommes d'exercer à la fois dans les structures publiques que dans celles du privé. Ce qui favorisera d'ailleurs la stabilité de ceux-ci qui ont souvent tendance à vouloir trouver mieux ailleurs quand le pays ne reconnaît pas leurs mérites », a poursuivi Williams Atipo-Tsiba.

A noter dans le domaine de l'ophtalmologie, quatre appareils types sont mis à la disposition des malades pour cerner l'ensemble des aléas liés aux maladies des yeux. Toutefois, la clinique s'occupe également de médecine générale, dermatologie, gynécologie et très prochainement, d'Ori et d'orthophonie.

Le souhait à court ou long terme serait que soient formés ici les futurs médecins en ophtalmologie, susceptibles d'assurer la relève de demain. Car, le Congo ne compte à ce jour que moins de dix spécialistes en la matière. Pour cela, un partenariat entre la Clinique médicale optique et le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville d'une part et l'université Marien Ngouabi d'autre part, serait bienvenu.

Jean Dany Ébouélé

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !