Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Epidémie de paralysie flasque aiguë : le Comité national de crise fait une évaluation à mi-parcours - 19/11/2010 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Comité national de crise fera le point sur la situation dans quelques jours, a annoncé, le 19 novembre, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Congo, Youssouf Gamatié. « Nous sommes en train d'examiner comment elle évolue, mais nous mettons plus l'accent sur la vaccination des populations et surtout les mesures d'hygiène que l'on doit absolument observer, a-t-il indiqué.

Nous continuons à enregistrer des cas essentiellement au niveau de Pointe-Noire et du Kouilou, qui constitue l'épicentre de l'épidémie. Nous avons encore un certain nombre de cas tous les jours. L'évolution globale, que nous avons examinée, nous montre que même si nous sommes en train d'enregistrer de nouveaux cas, ce qui est très important c'est que le nombre de décès commence à réduire tous les jours », a précisé Youssouf Gamatié au terme de la réunion du comité.

Par ailleurs, il a souligné l'importance de la vaccination pour protéger la population, arrêter la propagation du virus et l'éliminer radicalement. « Le vaccin a été bien examiné : on sait qu'il est sûr, efficace et qu'il protège de façon efficace contre ce poliovirus », a-t-il assuré.

Youssouf Gamatié a donné quelques informations pratiques sur la prise du vaccin. Après avoir reçu les deux gouttes de vaccin, la personne se fait marquer son auriculaire gauche. Ce marquage est très important, car il permettra aux moniteurs de comptabiliser les personnes qui ont été vaccinées, afin d'avoir une bonne évaluation de la campagne en cours et de mieux préparer celle à venir dans quelques semaines.

« Il n'y a pas de risque de surdosage avec le poliovirus sauvage : même quelqu'un ayant reçu son vaccin de routine, notamment les enfants, doit recevoir son vaccin dans le cadre de cette campagne, car nous sommes dans un contexte épidémique », a-t-il conclu.

Rappelons que le Comité national de crise regroupe les autorités gouvernementales, locales, l'OMS et les services techniques de la lutte épidémiologique.

Nancy France Loutoumba

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !