Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Prévention et contrôle des maladies non transmissibles en Afrique : les pays membres de l'OMS/Afro s'engagent à renforcer les stratégies de lutte - 07/04/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En prélude à la réunion ministérielle de Moscou prévue fin avril et au sommet des Nations Unies en septembre prochain, les ministres africains de la Santé se sont réunis du 4 au 6 avril à Brazzaville. L'ouverture des travaux a été placée sous le patronage du ministre d'État, directeur de cabinet du président de la République, Firmin Ayessa, représentant personnel du chef de l'État, Denis Sassou N'Guesso.

Plusieurs personnalités de marque ont rehaussé de leur présence la rencontre, notamment, les parlementaires congolais, les membres du gouvernement, les ministres africains de la Santé, les chefs de délégation des quarante-six pays de la région, les ambassadeurs accrédités au Congo, et les corps constitués de l'État.

La consultation de Brazzaville avait en toile de fond la charge croissante des maladies non transmissibles (MNT) dans la région. Elle a débouché sur la publication d'une « Déclaration de Brazzaville ». À cet effet, les ministres de la Santé se sont engagés à adapter « dans les meilleurs délais » le plan stratégique régional de lutte contre les MNT 2011- 2015.

« Les chefs d'État et de gouvernement devront garantir le leadership et la bonne gouvernance en assurant la participation de tous les secteurs publics, en partenariat avec la société civile, le secteur privé et les communautés dans la prévention et le contrôle des MNT. Les systèmes nationaux d'information sanitaire doivent être renforcés et standardisés afin de générer des données désagrégées sur les MNT, leurs facteurs de risque, leurs déterminants et pour assurer la surveillance de leur ampleur, des tendances et des impacts », stipule le document.

Par ailleurs, les ministres exhortent les Nations Unies à inclure la prévention et la prise en charge des MNT dans les objectifs du millénaire pour le développement et les futurs objectifs mondiaux de développement.

Ils demandent au Directeur régional de l'OMS pour la région africaine, d'organiser une réunion dans un délai de trois ans, pour passer en revue les progrès réalisés par les États membres ; au Secrétaire général des Nations Unies, de mettre en place un mécanisme pour suivre la concrétisation des engagements issus du sommet de New York ; aux chefs d'État et de gouvernement d'adopter la présente déclaration et la présenter à la prochaine assemblée. Les ministres africains de la Santé ont pris l'engagement de mettre en œuvre des actions contenues dans la déclaration d'ici 2020.

Les MNT qui ont fait l'objet de la rencontre sont : lLes maladies cardio-vasculaires, le diabète, les maladies respiratoires chroniques, les cancers, la drépanocytose, les maladies mentales, les violences et les traumatismes. Le Congo invite les pays membres de l'OMS/Afro à mener une action à l'échelle mondiale.

Dans son allocution prononcée à l'ouverture des travaux, le ministre d'État, directeur de cabinet du chef de l'État, Firmin Ayessa, a estimé qu'une riposte serait nécessaire pour conjurer la fatalité. « Si aucune action n'est menée, la mortalité et la charge de morbidité liées à ces problèmes de santé ne cesseront de croitre », a-t-il alerté, précisant que les risques de morbidité et de mortalité peuvent être évités.

Concernant les maladies congénitales comme la drépanocytose, le ministre d'État a rappelé l'implication du couple présidentiel, à travers le plaidoyer mené par la première dame, Antoinette Sassou N'Guesso. « Cette défense, a-t-il poursuivi, est couronnée par la prise de conscience de la communauté internationale sur cette pathologie. »

Le ministre de la Santé et de la population, Georges Moyen, a pour sa part rappelé les différentes enquêtes épidémiologiques menées, et la mobilisation initiée au plus haut niveau sur la drépanocytose. « Au plan opérationnel, il a été obtenu une amélioration de l'offre et de l'accessibilité des soins pour les diabètes, une formation des professionnels de la santé à la prise en soin hiérarchisée de cette affection, une mobilisation plus efficiente des ressources logistiques et une amélioration des informations sanitaires relatives au diabète et aux autres facteurs de risques vasculaires », a-t-il précisé.

Le Directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé pour l'Afrique, le Dr Luis Gomes Sambo, a, dans son message, tenté de faire le lien entre le changement des modes de vie et la montée « en puissance » des maladies non transmissibles qui menacent la santé du monde et les pays africains en particulier.

Peu avant la rencontre, les experts des pays membres avaient abordé pendant deux jours les thèmes suivants : l'ampleur des maladies non transmissibles et leur incidence socio-économique dans la région africaine ; et les politiques, stratégies et directives, les besoins en planification et en ressources.

Yvette Reine Nzaba

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !