Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Santé publique : vaccination contre la poliomyélite aiguë en octobre et novembre - 27/08/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Deux campagnes de vaccination sont organisées en octobre et novembre à Brazzaville et Pointe-Noire. L'annonce a été faite par le ministre de la Santé et de la Population, Georges Moyen, lors des questions orales avec débats devant les sénateurs, le 24 août au Palais des congrès. Selon lui, ces vaccinations supplémentaires consistent à renforcer l'immunité de la population vis-à-vis du poliovirus de type 1.

Le ministre a rappelé que le gouvernement avait fait face à l'épidémie de poliomyélite dans les départements de Pointe-Noire, du Kouilou et de Brazzaville en octobre, où 503 cas et 203 décès ont été enregistrés.

Le pays a été confronté à plusieurs épidémies, dont la rougeole qui a frappé Pointe-Noire et Kouilou avec 805 cas enregistrés, dont 36 décès. De nombreux cas de chikungunya ont été enregistrés dans la périphérie sud de Brazzaville sans causer de décès. En ce qui concerne le choléra, notamment dans les localités frontalières avec la République démocratique du Congo, 322 cas ont été diagnostiqués, dont 20 décès.

Pour le gouvernement, poursuit le ministre, ces épidémies ont pour origine, entre autres, l'immunisation insuffisante, l'insuffisance du personnel performant, la vétusté des équipements, et le manque de matériel de santé.

Une des origines majeures n'est autre que la résistance de la population vis-à-vis de la vaccination, qui pourtant constitue un moyen efficace contre certaines maladies. « Le ministère de la Santé et de la Population a intensifié les activités de vaccination dans tout le pays afin de rattraper les enfants non vaccinés. Ces activités seront renforcées par l'organisation des Semaines de santé mères et enfants au cours desquelles les enfants et les femmes seront vaccinés sur l'ensemble du territoire national », a précisé le ministre.

Concluant ses propos, Georges Moyen a indiqué que le ministère avait acquis 91 réfrigérateurs et trois chambres froides afin d'améliorer la conservation des vaccins dans les départements en vue d'ouvrir d'autres centres de vaccination avec l'appui de partenaires du système des Nations unies, l'Organisation mondiale de la santé et du Fonds des Nations unies pour l'enfance.

Lydie Gisèle Oko

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !