Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Recherche : John Mokili, un biologiste congolais qui traque à San Diego les virus inconnus - 28/10/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Assistant de recherche à l'université de San Diego, en Californie, le Dr John Mokili a donné une conférence en Italie sur les maladies émergentes. Le domaine de recherche du Dr John Mokili, biologiste originaire de la République démocratique du Congo, est peu connu. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la Société européenne de microbiologie et des maladies infectieuses l'a invité à Venise, la semaine dernière, pour venir présenter à ses collègues l'état d'avancement de ses intéressantes recherches. Médecins, chercheurs et professeurs de biologie y étaient rassemblés pour entendre des communications sur les maladies oubliées. Mais la spécialité du Dr Mokili va plus loin, si l'on peut dire, puisqu'il s'occupe de maladies inconnues...

Par définition, une maladie inconnue cesse de l'être dès lors qu'on réussit à cerner son mode de transmission, ses manifestations cliniques, son réservoir et les parades éventuelles que la science a mis au point pour la combattre ou l'empêcher d'attaquer l'organisme humain. Une méthode a été développée aux États-Unis : c'est la méthode de séquençage métagénomique, dont le Dr Mokili est devenu l'un des spécialistes reconnus. Aux yeux du citoyen ordinaire, elle consiste en une manipulation de virus prélevés sur des personnes dont la cause du décès n'a fait l'objet d'aucune certitude scientifique. Il existe en effet des milliers de cas de décès suspects survenant en hôpital, et de maladies sur lesquelles les praticiens n'arrivent pas à mettre un nom.

C'est ici qu'interviennent les chercheurs de l'université américaine de biologie de San Diego. Dans certains cas, dit le Dr Mokili, il arrive que l'on découvre chez une personne ayant présenté les symptômes d'une simple grippe, des virus inconnus. Ces virus, qui ne sont pas de rhinovirus, attirent la curiosité de la science. La méthode métagénomique permet des croisements qui aboutissent à la découverte d'autres causes et d'autres formes de maladies, pas toujours mortelles. Dans la passion de sa recherche, le Dr Mokili explique : « Les virus ne sont pas nouveaux ; ils n'apparaissent pas et ne sont pas échappés de laboratoires plus ou moins secrets. Les virus sont l'entité biologique la plus abondante de la planète terre. Simplement, les tests utilisés jusqu'ici - la culture, la sérologie ou la biologie moléculaire - ne révélaient qu'environ 1% d'entre eux. »

Aujourd'hui, la science passe « de l'obscurité à la lumière en quelque sorte. C'est comme si on avait toujours vécu dans une maison sans lumière et que celle-ci vient à être activée soudainement. Nous voyons des choses que nous ne soupçonnions pas. Mais ce n'est pas pour cela qu'elles seraient nouvelles ; simplement, nous ne les voyions pas jusque-là parce que nous ne disposions pas du bon instrument de recherche, c'est tout. Aujourd'hui, on parle de virus comme les TTV que nous ne connaissions pas hier, mais ils ont toujours été là. D'ailleurs, je dois lever une équivoque : tous les virus ne sont pas nuisibles. Si on venait à les éliminer de l'intestin de l'homme, par exemple, on tomberait malade ! C'est pourquoi, même dans les cas de morts de causes inconnues, les virus que nous découvrons ne sont pas forcément la cause principale d'un décès. »

Lucien Mpama

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !