Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Bilan sanitaire de la tragédie du M'pila : le ministre de la Santé satisfait du travail abattu - 19/04/2012 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les responsables du CHU de Brazzaville, des hôpitaux de Makélékélé, de Bacongo ainsi que de l'hôpital central des Armées Pierre Mobengo, ont chacun présenté, le 19 avril, leurs rapports d'activités relatifs à la gestion sanitaire de la catastrophe du 4 mars dernier. Ils ont souligné les efforts entrepris par le personnel médical congolais et étrangers, malgré le manque de plan de riposte national aux catastrophes. Très rapidement après l'accident, des équipes ont pu prendre en charge les personnes blessées.

On retient donc que globalement, les hôpitaux ont correctement fonctionné. Les malades ont été pris en charge, avec toutefois quelques ratés, étant donné les difficultés rencontrées. À l'origine de certaines failles techniques relevées, les difficultés de stérilisation dans certains hôpitaux, des problèmes d'imagerie qui n'étaient pas au point au début, mais que le personnel médical a pu suppléer en référant les malades vers les hôpitaux les plus concernés.

Censé être le plus grand hôpital de la place, le Centre universitaire de Brazzaville (CHU) a connu des hauts et des bas dans son organisation de la riposte. Il a fallu 24 heures pour une réorganisation et une mise en place des équipes de travail, tant au plan administratif que médico-technique pour une prise en charge médico-chirurgicale effective des victimes.

Pour chaque hôpital concerné, un rapporteur a fait un exposé de l'ensemble des activités réalisées. « Il faut réactualiser, revoir nos anciennes copies portant sur la riposte aux catastrophes. Comment faut-il mettre en place un Service d'assistance médicale d'urgence (SAMU) à ce niveau ? J'ai toujours dit que cela ne pouvait se concevoir que dans le cadre d'un partenariat public-privé, car ce n'est pas aux hôpitaux d'avoir des ambulances et aller vers les blessés. Nous allons, bien sûr, voir cela avec les autres services connexes : le ministère de l'Intérieur, le ministère de la Défense, la mairie de Brazzaville et le ministère des Affaires sociales », a déclaré le ministre de la Santé et de la Population, Georges Moyen, à l'issue de cette réunion qui a connu la participation du représentant de l'OMS, des directeurs des hôpitaux, des chefs de circonscriptions et du personnel soignant.

Guillaume Ondzé

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !