Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

L'enquête sur la consommation des médicaments à Brazzaville révèle trois sources d'approvisionnement - 25/01/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le président de l'Ordre national des pharmaciens du Congo, le Dr. Hyacinthe Ingani, a publié le 24 janvier, à Brazzaville, les résultats d'une enquête sur la consommation des médicaments menée à Brazzaville durant le deuxième semestre 2007 auprès de sept cent huit personnes. Cette publication a été faite au cours d'une conférence de presse organisée dans un hôtel de la place à laquelle assistaient des représentants de l'Assemblée nationale et les directeurs des centres hospitaliers.

Dans son exposé, Hyacinthe Ingani a d'abord présenté l'échantillon des personnes ayant participé à cette enquête. Celle-ci était basée sur plusieurs questions : le statut matrimonial, professionnel, le revenu familial mensuel, l'effectif familial, les sources d'approvisionnement de produits, les proportions d'achat, les raisons d'achat, le danger des produits, la connaissance et l'usage des produits génériques, le prix et l'accessibilité de ces produits.
Les résultats ont révélé trois sources d'approvisionnement qui s'expliquent par le revenu de la population : les pharmacies avec un pourcentage de 44,2 %, les centres médicaux 6,7 % et la rue 53,1 %.

Les raisons d'achat des médicaments de la rue s'expliquent par le faible revenu financier des populations, a indiqué le docteur Hyacinthe Ingani. « L'accès aux médicaments sécurisés vendus dans les pharmacies légalement implantés semble être difficile pour la plupart des familles congolaises », a-t-il précisé. Pourtant, l'enquête montre que les populations ont conscience du danger des médicaments de la rue. Toutefois, ils sont nombreux, quelle que soit la catégorie sociale et le niveau d'instruction, à contester l'interdiction de ces médicaments jugés dangereux pour la santé.

Face à ce paradoxe, dont le fondement est vraisemblablement l'incapacité des Congolais à se procurer des médicaments sécurisés, trop chers, le Dr. Hyacinthe Ingani a plaidé pour les médicaments génériques. « C'est la seule solution car ce sont des médicaments efficace, sécurisés et moins chers », a-t-il souligné. A ce propos, d'ailleurs, une enquête a été menée pour savoir si le concept « médicaments générique » est bien connu des Congolais. Chez certains intellectuels, le pourcentage est de 49 %. Nombreux sont les Congolais qui ont déclaré avoir déjà utilisés ces produits tout en obtenant des résultats satisfaisants.
Cependant, même si l'enquête estime que les prix de ces médicaments sont abordables pour 82,1 % des enquêtés, l'accessibilité des produits génériques demeure encore un problème. Selon Hyacinthe Ingani, « les dispositions législatives qui sont en vigueur depuis les années 1950 constituent une barrière à la prescription de ces médicaments. C'est pourquoi, en tant que député, j'ai déposé sur la table de l'Assemblée nationale, une proposition de loi pour permettre la substitution et le déconditionnement des médicaments afin de permettre une plus grande accessibilité de ces médicaments génériques ».

Au terme de son exposé, Hyacinthe Ingani a appelé les pharmaciens à bâtir des stratégies et à orienter la population vers les produits génériques destinés à faible coût. Il a invité la Congolaise des médicaments génériques (COMEG) à « s'ouvrir au secteur privé » afin que cette politique se traduise rapidement dans les faits.

Quentin Loubou et Lydie Gisèle Oko

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !