Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Les mauvaises conditions sanitaires du Centre de santé intégré de Mpouya (Plateaux) font que les cas de chirurgie sont envoyés à Ntsumbiri (RDC) - 11/03/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Lors d'un séjour de travail à Brazzaville, le médecin chef du Centre de santé intégré de Mpouya (Plateaux), Josèphe Mebou, a déploré le 10 mars devant la presse, la situation alarmante dans laquelle se trouve son centre, relative au manque de matériel de base et de produits pharmaceutiques dans sa circonscription sanitaire.

Les Dépêches de Brazzaville. Quelle est la situation matérielle du Centre de santé intégré de Mpouya ?

Josèphe Mebou. Le problème crucial du centre se résume principalement au manque de matériel sanitaire élémentaire. Nous n'avons pas, par exemple, d'appareil permettant de mesurer la tension, ni de boite de petite chirurgie. Nous manquons par ailleurs de lits pour accueillir toutes les hospitalisations. Du côté administratif, le travail se fait manuellement, sans machine à dactylographier. Même les produits pharmaceutiques font défaut. Enfin, nous ne possédons malheureusement pas de pirogue motorisée pour pouvoir suivre les campagnes de vaccination dans les villages situés sur les bords de la voie navigable.

D.B. Combien de malades accueillez-vous quotidiennement ?

J.M. On peut estimer entre dix et quinze personnes par jour qui viennent nous consulter. A cela, il faut ajouter le suivi attentif des cas d'infections respiratoires et diarrhéiques. Bref le travail est dense au niveau de ce centre. Il faut également signaler que les malades des villages à forte concentration humaine tels que Balemon, Leniongolo, Bowando I et Lefini n'ont que Moungolo comme seul centre de santé. Or ce dernier n'est plus opérationnel à cause de son état de délabrement avancé et du manque de personnel.

D.B. Vous êtes en zone frontalière avec le Congo voisin. Comment analysez-vous les rapports entre les populations ?

J.M. Les malades nécessitant une intervention chirurgicale sont obligatoirement transférés à Ntsumbiri (RDC) en raison du manque de matériel évoqué plus haut. Cela témoigne de la franche collaboration qui existe entre les deux pays. Dernièrement, deux missions ont été effectuées dans notre localité. La première par la direction générale de la santé et la seconde a été dirigée par le chargé de mission du chef de l'Etat.

Propos recueillis par Fortuné Ibara

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !