Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Les pays riches appelés à contribuer couvrir certains frais de santé dans les pays en développement - 17/04/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Selon des recherches indépendantes citées par un responsable de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les pays en voie de développement pourraient dépenser entre 6 et 18 milliards de dollars par an d'ici à 2030 pour couvrir les coûts supplémentaires des services de santé occasionnés par le changement climatique. C'est la raison pour laquelle les pays riches, responsables du réchauffement climatique modeste, devraient contribuer à couvrir ces frais de santé supplémentaires.

«Ce chiffre repose sur une évaluation réalisée par l'OMS selon laquelle le réchauffement climatique modeste qui se produit depuis les années 1970 provoquait déjà plus de 150 000 décès superflus par an dans les années 2000. Les coûts et les estimations sont sans doute plus élevés aujourd'hui», note l'un des auteurs du nouveau rapport de l'OMS publié à l'occasion de la Journée mondiale de la santé, Diarmid Campbell-Lendrum.

Cette évaluation repose sur plusieurs études de l'impact des maladies liées au climat comme la diarrhée, deuxième cause de mortalité infantile parmi les maladies infectieuses, à l'origine d'environ 1,8 millions de décès chaque année.

«Par exemple, le taux de diarrhée à Lima, au Pérou, est trois à quatre fois plus élevé pendant l'été que pendant l'hiver puisqu'il augmente de 8% chaque fois que la température monte d'un degré Celsius», a-t-il expliqué. «Mais l'évaluation réalisée en 2000 ne tient pas compte des conséquences du changement climatique sur le stress hydrique ni sur le déplacement des populations, occasionné par les famines». Aussi l'OMS a-t-elle annoncé le lancement d'une nouvelle évaluation.

Chaque année, environ 800 000 personnes meurent de causes attribuables à la pollution de l'air en milieu urbain. Les dernières décennies du 20e siècle ont également été marquées par la réémergence et la propagation régionale de nombreuses infections liées au climat, telles que le choléra ou la fièvre de la vallée du Rift, en Afrique, et la fièvre dengue en Amérique latine et en Asie du Sud, selon le rapport de l'OMS. «Ces épidémies peuvent causer d'importantes pertes économiques. Par exemple, l'épidémie de choléra qui s'est déclarée au Pérou en 1991 a coûté environ 770 millions de dollars et l'épidémie de peste de 1994 en Inde, 1,7 milliard de dollars».

«L'impact des maladies liées au climat est particulièrement lourd au sein des populations les plus pauvres», a expliqué Diarmid Campbell-Lendrum.

Par exemple, le taux de mortalité par habitant imputable aux maladies à vecteur est près de 300 fois plus élevé dans les pays en voie de développement que dans les régions développées.
Cela s'explique par le fait que les maladies à vecteur sont plus courantes dans les pays tropicaux dont nombreux sont en voie de développement, mais aussi par le faible niveau de développement socioéconomique et la couverture réduite des services de santé dans ces régions.

Noël Ndong

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !