Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

L'OMS estime qu'un dixième des maladies du monde pourrait être éliminé en améliorant la qualité de l'eau - 30/06/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a, dans un rapport rendu public en fin de semaine dernière, estimé que près d'un dixième des maladies du monde pourrait être prévenu, en améliorant les systèmes d'approvisionnement en eau, ainsi que l'assainissement, l'hygiène et la gestion des ressources en eau. Commentant cette étude, le Dr Maria Neira, directrice de la Santé publique et de l'environnement de l'OMS, a dit qu'elle mettait en avant « le rôle que peut jouer un environnement sain pour interrompre les voies de transmission, prévenir les maladies et réduire le fardeau des maladies au niveau mondial, régional et national ».

Le texte soutient que dans cette perspective, les morts d'enfants dues à la diarrhée chuteraient ainsi de 1,4 million de cas par an, et que 860 000 enfants en moins succomberaient à la malnutrition chaque année. Deux milliards d'infections intestinales de nématodes (des vers ronds) seraient également évitées. Le texte de l'OMS ajoute que des retombées se feraient également ressentir sur le plan économique. De cette manière, et avec l'amélioration des systèmes d'eau potable et d'assainissement, les agences de santé pourraient économiser 7 milliards de dollars par an, et les particuliers 340 millions de dollars.

Enfin, ce rapport contient les premières données établies pays par pays sur l'impact que peuvent avoir une mauvaise qualité de l'eau et des systèmes d'assainissement et d'hygiène.

Nestor N'Gampoula

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !