Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

La fondation IPA fait un don de 43 000 doses d'antipaludiques sous forme pédiatrique au gouvernement - 22/09/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La ministre de la Santé, des affaires sociales et de la famille, Émilienne Raoul, a reçu le 18 septembre à Pointe-Noire, un lot de médicaments antipaludiques, soit 43 000 doses ou flacons de suspension buvable de cofantrine (arthéméter et luméfantrine) pour les enfants de 0 à 5 ans. Ce don est la contribution de la fondation IPA que dirige Alexis Ndinga, dans le cadre de la gratuité du traitement contre le paludisme pour les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes, lancée récemment par le gouvernement. La cérémonie s'est déroulée en présence des autorités départementales et municipales au Centre de santé intégré de Mahouata.

Le médecin chef de la circonscription sociosanitaire 2 de Mvou-mvou, le Dr. Okoko Foungui a relevé que, tenant compte des problèmes habituels des effets indésirables de certains médicaments antipaludiques constatés par les mères des enfants, la forme galénique ou sirop est souvent sollicitée : «Ce don, a-t-il déclaré vient à point nommé. Il va combler ce manque qui revêt un caractère médical et psychologique important pour la mère.»

Tout en transmettant à la fondation IPA et au président de la République les remerciements des mères et des enfants du Congo, le médecin chef de la circonscription sociosanitaire a rassuré l'auditoire sur la prescription gratuite de ces médicaments, comme pour les premières dotations. Il a par ailleurs suggéré aux autorités, la transformation du Centre de santé intégré Saint Joseph en hôpital de référence de la circonscription sociosanitaire de Mvou-mvou, pour éviter de donner à celle-ci «une image métaphorique d'un oiseau avec une aile cassée, incapable de voler».

La lutte contre le paludisme est sans conteste une exigence vitale en République du Congo, a déclaré à son tour le président du conseil d'administration de la fondation IPA, Alexis Ndinga.

Après avoir présenté les caractéristiques du don reconnu par l'Organisation mondiale de la santé, Alexis Ndinga a justifié l'existence de sa fondation. IPA, a-t-il expliqué, a été créée pour répondre aux besoins d'intérêt général et d'utilité publique dans les domaines de la santé, de l'environnement, de l'éducation, de la culture et de la formation professionnelle. L'objectif global de cette fondation est de participer aux actions de lutte contre la pauvreté urbaine et rurale, plus spécifiquement la satisfaction des besoins essentiels de base des communautés locales dans une perspective de développement durable. «Ensemble, ajoutons des jours à la vie», a-t-il conclu.

Pour éviter que ce produit tant recherché se retrouve dans la rue, IPA a pris la précaution d'imprimer sur chaque boite la carte du Congo, ainsi que les mentions «don de la fondation IPA» et «ce médicament ne peut être vendu».

Beaucoup d'enfants seront sauvés

Réceptionnant ce don, la ministre de la Santé n'a pu contenir sa satisfaction. «C'est le cœur d'une maman qui s'exprime, de savoir des milliers d'enfants congolais qui seront sauvés grâce à ce don», s'est exprimée Émilienne Raoul.

En outre, la ministre a reconnu que les femmes se plaignaient que les médecins et infirmiers administrent à leurs enfants des antipaludiques sous forme sécable dans les Centres de santé intégrés. «Ces suspensions buvables ou sirops que nous avons reçus aujourd'hui sont plus accessibles et faciles à manipuler. Les mamans vont les accepter sans problème», a-t-elle renchéri.

Par ailleurs, elle a lancé un appel aux partenaires du développement pour appuyer le système de santé du Congo par la fourniture de l'eau et de l'énergie. Émilienne Raoul a demandé aux populations de mieux entretenir leurs habitations et les rendre plus propres car, «là où il y a la saleté, il y a aussi la maladie».

Rappelons que le paludisme constitue à l'échelle mondiale une endémie parasitaire majeure. Le nombre de décès provoqué par cette pathologie est estimé chaque année dans le monde à 1,7 million. Au Congo, toute la population est presque exposée, particulièrement les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. Cette maladie est le motif de 60 % des consultations et demeure l'une des premières causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. À titre de précision, le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans est de 24 % par an, soit 20 000 décès d'enfants congolais en bas âge. Au cours du 1er semestre de l'année en cours, le département de Pointe-Noire a totalisé 27 331 cas de paludisme dont 97 décès, les 2/3 étant des enfants de moins de cinq ans.

Gerry Gérard Mangondo

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !