Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Luis Gomes Sambo demande plus d'innovations dans la lutte contre la tuberculose - 22/03/2010 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Sous le slogan « En route contre la tuberculose », la Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose sera célébrée, le 24 mars, sur le thème de l'innovation. A cette occasion, Luis Gomes Sambo, directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique, a délivré un message qu'a lu Mamadou Ball, représentant de l'OMS au Congo. Dans son message, Luis Gomes Sambo demande aux chercheurs et experts de faire preuve d'innovation et aux autorités nationales de mobiliser des ressources additionnelles auprès des secteurs public et privé et d'autres partenaires.

La tuberculose demeure un problème majeur de santé publique en Afrique. Représentant environ 12% de la population mondiale, elle affiche pourtant le taux le plus élevé de notification de tuberculose pour 100 000 habitants, avec 22% des nouveaux cas enregistrés chaque année.

On estime qu'environ 47% seulement de nouveaux cas de tuberculose sont effectivement dépistés, parmi lesquels 79% achèvent le traitement. En 2008 par exemple, seuls douze pays de la région ont atteint la cible de taux de dépistage recommandée au niveau international, soit au moins 70% ; treize pays ont atteint la cible recommandée de taux d'achèvement du traitement de 85%.

Selon le directeur régional de l'OMS, en moyenne 35% de toutes les personnes souffrant de tuberculose dans la région sont en même temps infectées par le VIH.

La tuberculose et ses complications

La propagation de la tuberculose se complique avec l'apparition de formes pharmacorésistantes de la maladie, à savoir la tuberculose à bacilles multirésistants (TB-MR) et la tuberculose à bacilles ultratrésistants (TB-U). Trente-trois pays de la région ont signalé au moins un cas de TB-MR et huit de ces pays ont signalé au moins un cas de TB-UR.

Selon Luis Gomes Sambo, les faiblesses des systèmes de santé sont un obstacle majeur qui entrave l'accélération de l'intensification des activités de lutte. De plus, le financement des activités de lutte contre la tuberculose par les pouvoirs publics est généralement insuffisant. Les réseaux de laboratoires de qualité sont rares et les personnels formés trop peu nombreux, ce qui limite l'accès au diagnostic. Par ailleurs, les faiblesses constatées dans les systèmes de collecte et de transmission des données pour le suivi des tendances de la maladie empêchent une évaluation de l'impact des interventions et des flux financiers.

Le thème et le slogan de cette année répondent directement à la nécessité d'accélérer les efforts visant à accroître la participation des communautés, à intensifier la recherche pour améliorer et rendre plus exactes les méthodes de diagnostic, et pour garantir l'accès au traitement, notamment pour les formes pharmacorésistantes. C'est la raison pour laquelle il lance un appel aux autorités pour la mobilisation de ressources additionnelles auprès d'autres partenaires pour renforcer la lutte contre la tuberculose.

Rappelons que la tuberculose est une maladie contagieuse provoquée par le bacille de Koch qui touche le plus souvent les poumons. Comme un rhume banal, elle se propage par voie aérienne. Seules les personnes dont les poumons sont atteints peuvent transmettre l'infection. Lorsqu'elles toussent, éternuent, parlent ou crachent, elles projettent dans l'air les germes de la maladie, appelés bacilles tuberculeux. Il suffit d'en inhaler quelques-unes pour être infecté.
En l'absence de traitement, une personne atteinte de tuberculose évolutive peut infecter en moyenne dix à quinze autres personnes en l'espace d'une année. Cependant, les sujets infectés ne font pas nécessairement une tuberculose. Les sujets infectés dont le système immunitaire est affaibli sont plus susceptibles de développer la maladie. Il est possible de traiter la tuberculose par la prise d'antibiotiques.

Faustin Akono

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !