Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : les prescripteurs anti-palustres de Pointe-Noire suggèrent un relèvement du niveau d'étique et de déontologie du corps médical - 02/05/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ils ont été réunis au cours d'un atelier organisé du 26 au 29 avril dans la salle de la mairie centrale par le Club des jeunes pour l'éducation sexuelle et la santé (CJESS). La tenue de cet atelier d'échange, d'éducation, de sensibilisation et de renforcement des capacités des prescripteurs anti-palustres des centres privés et des Centres de santé intégrés (CSI), a coïncidé avec la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Le thème choisi pour les travaux a été : « L'amélioration de la prévention, du diagnostic et de la prise en charge ».

Au cours des divers sujets débattus, les prescripteurs ont relevé un certain nombre de manquements dans la pratique du métier de soignant, contribuant à la mauvaise qualité de la prise en charge des malades et occasionnant des plaintes de la part des populations. Pour les prescripteurs, il y a lieu que le niveau d'étique et de déontologie du personnel soignant soit relevé pour une prise en charge de qualité.

Les huit modules retenus et animés par des professionnels des médias, de la santé et des représentants des laboratoires pharmaceutiques, ont abordé des questions telles que : l'évolution des traitements préventifs et curatifs, les types de diagnostic (normal, différentiel et d'évolutivité), les monothérapies, la résistance à certaines molécules, et les combinaisons thérapeutiques à base d'artésiane. Les intervenants ont rappelé que le diagnostic différentiel concerne les femmes enceintes et les enfants ainsi que les effets néfastes de l'automédication et les problèmes d'hygiène. À ce sujet, les participants à l'atelier ont déploré l'inexistence des tests de diagnostic rapide.

Par ailleurs, le module « La problématique de la prise en charge globale du paludisme dans le département de Pointe-Noire » a fait l'objet d'un focus qui a réuni le 27 avril, les directeurs départementaux des hôpitaux de Pointe-Noire, les médecins chefs des Circonscriptions socio sanitaires (CSS) et des cliniques privées, les présidents des Comités de santé (COSA), et les représentants de l'UNICEF.

À la fin de l'atelier, les participants ont formulé des recommandations à l'endroit du corps médical, de la population, du conseil départemental et municipal de Pointe-Noire, de la direction départementale de la santé ainsi que du CJESS. Ils ont suggéré, entre autres, que les centres de santé privés ne soient plus marginalisés lors des journées scientifiques et des colloques nationaux ; et que le conseil départemental et municipal de Pointe-Noire s'implique dans la prévention du paludisme en appuyant les Organisations non gouvernementales (ONG).

Enfin, les participants ont été exhortés par David Herman Malanda, président du CJESS, à mettre en pratique les notions reçues pour le bien-être de la population : « Les populations bénéficiaires de cet atelier doivent trouver satisfaction puisque vous changerez votre façon de travailler par rapport à ces notions. » Les participants sont en effet sortis satisfaits de l'atelier.

Dans son mot de clôture, le directeur départemental de la santé de Pointe-Noire n'a pas manqué de faire ressortir l'importance de l'engagement des participants à mettre en pratique les notions apprises. « Ensemble, notre lutte portera ses fruits et nous pourrons réellement prétendre à zéro décès dû au paludisme d'ici 2015 », a affirmé Jean De Dieu Balendé. Un bureau de coordination de cinq membres a été mis en place au terme des travaux.

Lucie Prisca Condhet

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !