Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Épidémie de rougeole : les parents doivent faire vacciner les enfants dès mercredi 22 juin - 21/06/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé et de la Population a insisté au cours d'une séance de travail avec les responsables des structures sanitaires publiques de Pointe-Noire et du Kouilou qui a eu lieu le 19 mai, dans la salle de conférence de la direction départementale de la Santé. Trois points essentiels ont été abordés au cours de cette réunion : l'épidémie de rougeole qui sévit à Pointe-Noire, la césarienne gratuite et l'épidémie de Tchikungunya déclarée à Brazzaville. Mais le ministre a surtout insisté sur l'urgence de la campagne de vaccination contre la rougeole.

Les séances de vaccination intensifiées à grande échelle vont d'abord concerner Pointe-Noire et le Kouilou, les deux départements les plus touchés par l'épidémie, puis se poursuivront dans les départements de la Lékoumou, la Bouenza, le Niari et dans les autres localités du pays. La vaccination concerne les enfants âgés de 0 à 5 ans. Les parents sont d'ailleurs invités à conduire les enfants concernés au centre de santé le plus proche. Les responsables des CSS (Circonscription socio sanitaire) ont exhorté les autorités à prendre les dispositions nécessaires pour le bon déroulement de la campagne de vaccination.

Pour le ministre, les populations ne doivent pas paniquer car la situation est sous contrôle. « Sur le plan thérapeutique nous avons des compétences et nous savons comment prendre en charge les cas de maladie », a assuré le ministre. Face à l'affluence des cas de rougeole, des mesures ont été prises parmi lesquelles la prise en charge par le gouvernement des cas de rougeole. Ainsi, les populations n'ont plus à payer la consultation ni les frais d'hospitalisation devenus gratuits.

Les autres mesures prises sont : le renforcement du nombre de pédiatres (deux ou trois), la sensibilisation sur les mesures préventives basées sur l'hygiène et l'assainissement ainsi que sur l'utilisation de la moustiquaire, un aspect très important de la lutte contre les épidémies déclarées au Congo ces derniers temps (poliomyélite, rougeole tchikungunya) sur lequel Georges Moyen a vraiment insisté. Pour ce qui est du traitement, des mesures sont en train d'être prises pour qu'il devienne également gratuit.

La césarienne gratuite est effective et le Tchikungunya maîtrisé

Lancée le 7 mai dernier à Brazzaville, la césarienne gratuite est effective dans les deux grandes villes du pays, Pointe-Noire et Brazzaville, où elle se déroule sans difficultés majeures. En ce qui concerne Pointe-Noire, près de deux cents cas ont été enregistrés. Ces opérations se réalisent grâce aux kits fournis par le gouvernement aux grandes structures sanitaires d'État de la ville : les hôpitaux généraux Adolphe Sicé et Loandjili, l'hôpital régional des Armées et celui de base de Tié-Tié. Néanmoins il a été noté quelques incompréhensions sur la manière dont la césarienne gratuite doit se faire et sur ses compensations. Le ministre a là encore tenu à éclaircir la situation. Ce dernier a aussi démenti l'éventuelle menace de rupture de kits.

Quant au Tchikungunya, pour le ministre, la situation est bien maîtrisée et il y a un risque zéro pour l'instant puisqu'aucun dégât n'a été enregistré dans les hôpitaux et que de très rares malades sont hospitalisés. Mais les mesures préventives doivent être respectées (utilisation de la moustiquaire imprégnée, pulvérisation des insecticides, etc.). « L'épidémie s'essouffle », a conclu Georges Moyen.

Lucie Prisca Condhet

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !