Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Santé publique : des résultats préliminaires encourageants pour la gratuité des soins - 05/11/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Congo commence à recueillir les premiers fruits de ses mesures de gratuité du traitement du paludisme et des césariennes, selon le directeur général de la Santé, qui a animé une conférence de presse le 4 novembre à Brazzaville. En s'appuyant sur des indices préliminaires recueillis dans des formations sanitaires, Elexis Elira Dokékias, directeur général de la Santé, a fait état de sensibles améliorations observées dans la santé de la population, après la mise en œuvre des mesures de gratuité décidées par le président de la République.

S'agissant de la césarienne dont la gratuité est appliquée dans 34 hôpitaux à travers le pays depuis le mois de mars 2011, un total de 3 000 interventions ont été pratiquées sur 26 000 accouchements, à la date du 23 octobre. « L'impact montre que la mortalité maternelle a été réduite de manière drastique ; sur les 3 000 césariennes réalisées, nous avons déploré 4 cas de décès maternels liés essentiellement à des femmes qui ne sont pas suivies ou qui arrivent à l'hôpital à un stade trop tardif », a-t-il commenté, reconnaissant cependant que la mortalité néonatale restait encore élevée à ce niveau.

Quant au paludisme, l'orateur a précisé que la mise en œuvre de la gratuité du traitement des formes simples de cette maladie était appliquée depuis l'année 2010 dans les Centres de santé intégrés (CSI) et les centre de santé confessionnels. Alors que celle des formes graves l'est dans les hôpitaux de référence et de base. Ici, elle a commencé à être appliquée au cours de l'année 2011. Toutes au profit des enfants de 0 à 15 ans et des femmes enceintes.

« On assiste actuellement à la réduction des cas d'hospitalisation pour paludisme. Ce qui veut dire que les CSI, qui assurent le traitement du paludisme simple, le font, et cela diminue le nombre d'enfants référés dans les hôpitaux pour les formes graves de la maladie », a-t-il précisé. Le second indice qui confirme cette tendance est, selon le directeur général de la Santé, la baisse des formes graves de paludisme au service des soins intensifs de la pédiatrie du Centre hospitalier universitaire de Brazzaville. « Ces cas ont diminué de plus de 75 % dans cet établissement depuis l'application de la mesure », a-t-il renchéri.

En dépit de ces observations assez optimistes sur l'avenir des mesures qui visent l'amélioration de l'état de santé de la population et l'atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement, Elira Dokékias a reconnu que des faiblesses constatées impliquent encore d'importants défis à relever pour atteindre ces objectifs.

Faiblesses, entre autres, liées à l'éthique des personnels médicaux, à l'approvisionnement des produits et consommables par la centrale d'achats, la Congolaise des médicaments génériques (Comeg), et aux habitudes des patients potentiels. Par exemple, 90 % des césariennes réalisées ne sont pas programmées, elle ont un caractère d'urgence, car les patientes attendent la gravité de la situation pour se présenter dans un hôpital.

Le directeur général de la Santé a également dressé un point intermédiaire de la mise en œuvre des gratuités du traitement antirétroviral, des examens biologiques de dépistage et du suivi biologique du VIH/Sida, ainsi que celle de la tuberculose mise en œuvre depuis plus longtemps. Des évolutions prometteuses sont observées dans le fonctionnement, comme au niveau des impacts de ces pratiques.

Thierry Noungou

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !