Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Présentation du rapport d'évaluation sur le secteur privé au Congo - 28/02/2012 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Au cours d'une séance de travail organisée le 28 février à Brazzaville, Health Research For Action (HERA), une équipe de consultants qui a réalisé cette étude, a présenté au ministre et aux partenaires techniques et financiers, les conclusions majeures de ce rapport qui a mis l'accent sur l'importance du secteur privé dans le domaine de la santé.

Il y a un an, l'Initiative de la santé en Afrique a lancé un processus d'engagement participatif et inclusif entre les acteurs publics et privés du système de santé congolais. Il en a été de même pour d'autres pays de la région, mais le point d'entrée pour le Congo consistait à faire une évaluation de la santé dans le secteur privé. L'objectif de cet exercice analytique était double : d'une part, comprendre la contribution du secteur privé, ses contraintes actuelles, ses possibilités et comment les exploiter et, d'autre part, identifier les moyens de mobiliser le secteur privé afin d'aider le gouvernement à atteindre ses objectifs dans le domaine de la santé.

En effet, la présentation de ce rapport augure non seulement le nouveau processus de qualification pour la période 2012-2016, mais s'inscrit également dans la logique de l'initiative 2012, année d'accélération du progrès dans la couverture nationale en vue d'atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Les obstacles à la performance, les opportunités et les recommandations qui vont se traduire en plan d'action dans les grandes lignes devraient permettre d'améliorer quelques lacunes observées. L'état des lieux que le consultant avait effectué confirme que les services de santé offrent des lacunes en matière de chirurgie, de dentisterie, d'ophtalmologie, de radiologie, de stomatologie, de physiothérapie et de disponibilité insuffisante en médicaments.

Par exemple, il a été constaté que sur la prise en charge, un client sur cinq avait des difficultés de paiement. La conclusion est que le nombre d'activités par structures visitées reste très modeste. Et cela représente un manque à gagner pour le prestataire d'environ 27%. Ce qui se traduit par des prises en charge gratuites et des recouvrements ultérieurs qui représentent près de 50% de l'activité, et des prises en charge qui ont été rapportées par des prestataires à peu près pour 33%, les prix négociés pour 5% ou des refus de charge pour 10%. En outre, toujours sur le même registre, le rapport signale que les laboratoires et les pharmaciens ne prennent pas en charge la gratuité.

Sur l'équilibre financier et le fonds de départ, il a été constaté que l'accessibilité à un prêt bancaire est presque inexistante et que très souvent, c'est sur fonds propres que ces structures commencent.

En conclusion, les éléments clés tirés de cette étude sont les suivants : le secteur est peu réglementé et peu organisé (excepté les pharmaciens), peu ou pas appuyé par le secteur public, peu cité par les documents stratégiques ; un vide d'information fiable, peu utilisé par le ministère de la Santé pour atteindre les OMD et le PNDS 2007. Cependant le client apprécie le privé. Par ailleurs, le client utilise entre 30 à 50% de la médecine moderne, 31% pour les médecines libérales et 4% pour les associations. Enfin, le comité de pilotage de l'évaluation recommande un développement de la médecine ambulatoire.

Guillaume Ondzé

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !