Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

À l'occasion de la Journée mondiale du diabète, Ban Ki-moon entend réduire les cas de décès - 15/11/2012 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le secrétaire général de l'ONU a déclaré dans son message, le 14 novembre, lors de la célébration de la Journée mondiale du diabète, que la réduction de 25% d'ici à 2025 des décès imputables au diabète serait une nécessité. À cette occasion, Ban Ki-moon a rappelé que cette maladie non transmissible était l'une des plus répandues. Cinquante millions de personnes dans le monde, dont 80% dans les pays en développement, vivent avec le diabète. Une fois le constat fait, cette maladie se propage d'année en année du fait du vieillissement de la population et de la généralisation des modes de vie malsains.

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque année, plus de trois millions de diabétiques décèdent d'une crise cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral ou d'insuffisance rénale. Faute de diagnostic et de traitements précoces, le diabète peut entraîner de graves maladies. Selon la même source, les décès imputables au diabète augmenteront de deux tiers d'ici à 2030. « Le diabète est une question de développement. Cette maladie draine également les systèmes de santé nationaux et menace d'annuler les projets durement acquis en matière de développement dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, ainsi que la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement d'ici à 2015 » a prévenu Ban Ki-moon dans son message.

Une alimentation trop riche, une consommation excessive d'alcool et l'inactivité physique sont parmi les principales causes de cette maladie. Dans le monde entier, les pays cherchent à sensibiliser les populations à ces facteurs et à associer conseils de santé et traitements. Rappelons qu'en septembre 2011, l'Assemblée générale des Nations unies a révélé que le diabète et d'autres maladies non transmissibles constituaient un problème de santé et de développement mondial majeur. Elle s'est, de ce fait, engagée à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte pour y éradiquer.

Selon Ban Ki-moon, l'industrie pharmaceutique peut également contribuer à la réalisation de cet objectif en mettant sur le marché des médicaments et des technologies abordables. Mais aussi des appareils à bas prix, permettant de vérifier le taux de glycémie. Quant aux entreprises, notamment celles qui tirent des revenus de la vente d'aliments transformés aux enfants, elles devraient aussi s'engager à commercialiser des produits plus sains et plus viables.

À cette même occasion, Ban Ki-moon a exhorté les pays impliqués à redoubler d'efforts, pour prévenir le diabète et améliorer la qualité de vie de toutes les personnes qui en sont atteintes, notamment les pauvres et les défavorisés.

Josiane Mambou Loukoula

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !