Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Italie : polémique autour du vaccin italien contre le sida - 03/12/2012 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, a été aussi l'occasion d'une remise en cause de la validité d'un prototype de vaccin en Italie. La lutte contre le sida trouve dans l'Italie de la recherche et de la santé, une farouche partenaire. Aussi bien dans les actions de prévention que sur le terrain des soins aux malades, médecins et humanitaires italiens sont sur le front. Même le Vatican, dont les hésitations en matière de recours aux préservatifs comme moyen de prévention sont connues, se positionne bien aussi dans la bataille. Sa fondation du Bon Samaritain est engagée dans la distribution, souvent gratuite, des antirétroviraux dans les hôpitaux catholiques à travers le monde.

Mais, ainsi que le monde en fait le constat chaque année à la date du 1er décembre, la communauté des chercheurs, les laboratoires, les centres d'expérimentation sont également engagés dans une course éperdue. C'est à qui découvrira le premier médicament « soignant », à qui annoncera la mise au point indiscutable du premier vaccin préventif ou curatif. D'un peu partout dans le monde, des expériences ont été menées ; elles se sont souvent résumées en un feu de paille qui n'est pas allé plus loin que l'espoir qu'elles ont suscité. Tous les continents ont eu ainsi leur lot d'espoir-échec.

En Afrique, plus précisément en République démocratique du Congo, on se souviendra de l'euphorie suscitée par l'annonce de la découverte du Pr. Luruma, en 1986. Avec un médecin égyptien, l'immunologue congolais affirmait avoir mis au point deux médicaments curatifs, le MM1 et le MM2 (pour Mobutu-Moubarak 1 et 2 !) qui induisaient une remontée du taux d'immunité dans le corps des malades atteints du sida. Pourtant les démonstrations ultérieures, les invitations à aller soutenir la trouvaille au siège de l'Organisation de l'Unité africaine et dans les forums internationaux de la communauté des savants, s'avérèrent vaines.

Vaccin italien basé sur le TAT

Entre charlatans, démagogues et affairistes de tous genres, le sida a suscité bien des vocations dans le monde. Un reportage, dimanche 2 décembre sur la chaîne francophone TV5, a donné à voir l'étendue de cette industrie du faux dans des pays comme le Bénin, le Nigéria, le Burkina Faso ou le Mali. Mais l'Afrique de l'Ouest n'est pas seule. Sur les marchés de Harare, au Zimbabwe, ou de Lusaka en Zambie, il ne serait pas bien difficile de trouver aujourd'hui une potion supposée guérir de tous les maux, y compris le sida ! L'expérience italienne, elle, partait sur une base autrement plus solide.

Conduite sur un échantillon de malades aussi bien en Italie qu'en Afrique (Afrique du Sud), l'expérimentation d'un vaccin a été conduite en respectant les scrupules d'une recherche appelée à combattre, ce qui, avec le cancer, constitue la maladie mondiale la plus redoutable. Elle ne devait donc pas donner lieu à contestations. C'est le Dr Barbara Ensoli, virologue de l'Institut supérieur italien de santé qui, avec son équipe, a mis au point dans les années 1990 ce qui a été présenté (même dans ces colonnes) comme « le vaccin thérapeutique italien » contre le sida. La presse italienne soutenait que la protéine TAT de ce vaccin, suscitait une réponse immunitaire efficace et réduisait dans le corps des malades les altérations induites par le sida.

Les tests semblaient concluants il y a trois ans, même si les chercheurs italiens se donnaient encore un peu de temps pour bien affiner tous les paramètres. Apparemment, ce temps a également été mis à profit par quelques sceptiques pour le « contre-essayer ». Et, volonté de nuire ou souci de bien faire, leurs résultats sont parus ce 1er décembre dans un livre au titre on ne peut plus décapant : « Sida : le scandale du vaccin italien ». Les auteurs, Vittorio Agnoletto et Carlo Gretti, y descendent littéralement en flamme le vaccin présenté comme ayant reposé sur une série de données scientifiques qui suscitent le doute.

Après l'enthousiasme des premiers jours, affirment les deux auteurs, les premières interrogations et des invraisemblances ont commencé à donner l'impression que les données avaient été manipulées pour « forcer » les résultats. Irrégularités, déviations de protocole seraient également apparues par la suite, même si ce candidat-vaccin a joui des aides massives du gouvernement italien et de l'appui de la mairie de Rome. Il s'agit là, concluent les auteurs, d'un ensemble d'indications qui jettent de l'ombre sur toute l'expérience menée, présentée à coups de trompettes.

Que faut-il en penser ? La science peut se constituer sa propre antidote. Ainsi, des commentateurs ont-ils relevé que ce livre pourrait être le fruit de personnes animées par la jalousie ; des adversaires politiques mêmes (le Dr Agnoletto est député communiste européen). Certains citent pour preuve le fait que l'ouvrage remette en cause les trop importantes quantités d'argent en faveur de l'équipe du Dr. Ensoli, ou même l'inquiétude qu'il soulève sur le sort des « cobayes » sud-africains de cette expérience. On raconte qu'au 19e siècle une sommité comme Louis Pasteur fut combattu pour ses découvertes, y compris par d'autres sommités tel Georges Clémenceau (alors journaliste). Sans doute faut-il attendre et voir les résultats pour se faire une idée sur une découverte scientifique.

Lucien Mpama

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !