Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Fatoumata Nafo-Traoré : «La bonne santé dépend de la contribution de tous les secteurs au développement» - 24/11/2006 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour la première fois au Congo, une femme assure les fonctions de représentant de l'Organisation mondiale de la santé. Malienne, Fatoumata Nafo-Traoré est médecin de formation et a occupé le poste de ministre de la Santé dans son pays. Avant d'être nommée au poste de représentante de l'OMS au Congo, le Dr Nafo-Traoré occupait le poste de conseiller de sous directeur général chargé du VIH/sida, de la tuberculose et du paludisme à l'OMS/Genève en Suisse. La représentante explique aux Dépêches de Brazzaville comment l'OMS/CONGO appuie le Congo dans la réalisation de son Programme national de développement sanitaire (PNDS).

Les Dépêches de Brazzaville. Lors de la présentation de vos lettres de créance au ministre des Affaires étrangères le 23 mars, vous disiez : «Le paludisme demeure la plus grande cause de morbidité et de mortalité particulièrement chez les enfants, mais aussi et surtout a un impact considérablement négatif sur l'économie du pays déjà très éprouvée.» Quel constat faites-vous huit mois après ?

Fatoumata Nafo-Traoré. Le constat reste le même car chez les enfants de moins de 5 ans, le paludisme est la première cause de mortalité. De même chez les femmes enceintes où l'incidence de décès en raison de l'anémie est très grande. Au plan économique, nous constatons que pendant la période des grandes pluies les moustiques pullulent et nuisent le plus aux hommes qui cultivent les champs. Cela a un impact sur la productivité en milieu rural et au niveau des entreprises, services et écoles par le niveau élevé de l'absentéisme. L'OMS et d'autres partenaires avaient estimé en 2000, à l'occasion du sommet des chefs d'Etats africains sur le paludisme tenu à Abuja, que l'on perdait près de 10 milliards de FCFA par an.


D.B. Quel est l'apport de l'OMS dans la mise en œuvre du Programme national de développement sanitaire ?

F.N-T. L'OMS apporte plus de technicité que de moyens financiers. Nous essayons de favoriser une meilleure coordination pour arriver à créer des synergies et une utilisation efficiente de l'ensemble de ressources qui peuvent être mobilisées au plan national à la fois par la contribution des personnes malades, du secteur privé national, des partenaires bilatéraux et multilatéraux qui s'ajoutent à la contribution de l'Etat qui est la plus importante.


D.B. L'OMS s'est fixée comme but d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus performant. De quelle manière l'OMS Congo s'emploie t-elle à aider la population congolaise à atteindre cet objectif ?

F-N.T. L'OMS contribue au financement des campagnes de vaccination de routine ou de l'éradication de la poliomyélite. Nous travaillons aussi sur le renforcement des compétences. Au sein de la Faculté des sciences de la santé, nous appuyons la formation des formateurs qui vont à l'agrégation. Nous appuyons aussi la formation continue du personnel du ministère de la Santé et nous travaillons beaucoup sur les questions humanitaires pour mettre en place des schémas qui permettent au Congo de se prémunir contre les épidémies.
Pour cela, nous travaillons avec le ministère en charge de l'Action humanitaire, le ministère de la Promotion de la femme, celui de l'Enseignement supérieur, de l'Enseignement technique et professionnel et bien d'autres.

D.B. Plus d'un Congolais pense que la santé à l'heure actuelle est ni plus ni moins une «affaire d'argent» !

F. N-T. En tant que médecin, être agent de santé est un travail noble, c'est un sacerdoce. Nous avons pris l'engagement de faciliter l'accès aux soins de santé et d'alléger les souffrances des peuples. Mais cela peut se faire de différentes manières et nous faisons la promotion de l'équité et de la solidarité pour que les plus démunis puissent accéder à des soins de qualité à moindre coût. Pour une meilleure qualité de la médecine, il faut de la production des services, des bâtiments, des équipements performants, des médicaments, etc. Et au fur et à mesure que l'on se dote d'équipements performants et coûteux, les ressources à payer par les malades augmentent. Il y a un juste milieu à trouver et c'est pour cela que nous travaillons avec le ministère de la Santé pour que l'organisation du système de santé soit comprise par tous. J'ose espérer qu'avec toutes les actions en cours dans le pays nous pourrons arriver à l'accès universel aux soins de santé.

D.B. La présence des deux bureaux de l'OMS : OMS/AFRO et OMS/CONGO ne comblent pas les attentes de la population. Quelle réponse apportez-vous à cela ?

F.N-T. C'est une grande opportunité pour le Congo d'avoir à côté autant de ressources humaines qui l'aident dans ses diverses réflexions visant l'amélioration de la santé de la population. Les actions de proximité relèvent du mandat de l'OMS-CONGO et bien sûr nous bénéficions du soutien de nos collègues du bureau régional et du siège de l'OMS à Genève.

D.B. Votre mot de la fin ?

F.N-T. Le mot de la fin serait d'en appeler à plus de volonté politique, à plus d'engagement et de contribution des différentes composantes de la société congolaise. La santé est un concept large et la bonne santé dépend de la contribution de tous les secteurs au développement. La communication a aussi un rôle important à jouer car mieux vaut prévenir que guérir. Nous voudrions que vous nous aidiez à donner un large écho à nos messages de santé. Cela nous permettra de préserver et de bien soigner afin de réduire les souffrances des populations particulièrement celles des plus démunis.

Propos recueillis par Faustin Akono

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !