Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme : Le prix élevé des nouveaux produits cause du tort aux populations - 16/01/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En République du Congo, le protocole de traitement national contre le paludisme faisait de la polythérapie à base d'artemisinine en février 2006 le traitement conventionnel de première intention. Or, les produits dérivés de cette nouvelle science sont encore chers et peu disponibles, et peu de malades ont les moyens de se les procurer. Ils sont nombreux les malades du paludisme qui passe outre les ordonnances médicales prescrites par les médecins. Parce qu'ils sont trop chers pour une population dont 50 % vit avec moins d'un dollars par jour, les combinaisons thérapeutiques à base d'artemisinine (ACT) ne sont que peu utilisées.

Ces nouveaux produits (Co-arinate, Coatem, Artequin...) remplacent la chloroquine qui a été déclassée du traitement officiel du paludisme au Congo, comme dans plusieurs pays africains, en raison de la résistance du microbe. Mais, à cause du prix encore élevé des ACT, on estime que 30 % des malades utilisent encore la chloroquine.

Les prix des ACT dans les pharmacies varient entre 4 000 et 7 000 FCFA. D'après des témoignages recueillis, ils sont loin de correspondre aux bourses de nombreux des Congolais. Des patients sont ainsi obligés d'avoir recours aux médicaments de la rue qui sont moins chers. Mais ils s'exposent ainsi non seulement à plusieurs autres maladies, mais aussi à l'inefficacité des traitements.

Cette situation qui empêche les malades de recourir aux traitements recommandés est à l'origine des cas sévère de paludisme observés au Congo. Cette maladie reste la première cause d'hospitalisation (50 %). «Un traitement aux ACT disponible et abordable préviendrait bien des décès inutiles», estime pourtant Médecins sans frontière au Congo dans un rapport sur la situation sanitaire du Pool.

La maladie touche particulièrement les enfants de moins de 5 ans et représente 40,4 % de morbidité et 32,2 % de mortalité dans les centres de santé. Et seulement 12 % des ménages congolais utilisent une moustiquaire imprégnée alors que celle-ci est actuellement le moyen le plus efficace pour éviter le paludisme.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !